NOUVELLES

Début de la commémoration des 40 ans de la tragédie des JO de Munich

05/09/2012 11:50 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

L'hommage aux onze athlètes israéliens tués en 1972 lors d'une prise d'otage par un commando palestinien aux jeux Olympiques de Munich, a démarré mercredi à Fürstenfeldbruck (sud de l'Allemagne).

Quelques 600 invités ont franchi les contrôles de sécurité importants pour accéder à la piste de la base militaire de Fürstenfeldbruck où s'était déroulé l'épilogue du drame.

Sous un ciel voilé et par une température lourde, les premiers discours ont démarré à 14H00 GMT, dans une atmosphère de recueillement intense et un silence absolu.

"Ce jour n'était pas une attaque contre Israël, pas une attaque contre les Juifs. C'était une attaque contre nous tous. Contre l'idée olympique, la vision de la liberté et de la paix pour tous les êtres humains", a déclaré, très émue, Charlotte Knobloch, ancienne responsable de la communauté juive allemande, dans un discours.

"Les terroristes n'acceptent pas la devise +vivre et laisser vivre+ et ils sont même prêts à sacrifier leur vie pour nous punir", a-t-elle ajouté.

Un service religieux oecuménique juif, catholique, protestant devait ensuite se dérouler, avant d'autres allocutions, notamment celle du ministre allemand de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich et du vice-Premier ministre israélien Silvan Shalom, ainsi que de Ankie Spitzer, la veuve d'un des athlètes tués.

Le 5 septembre 1972 à l'aube, huit membres de l'organisation palestinienne Septembre noir avaient pénétré dans un des appartements occupés par la délégation israélienne au village olympique.

Ils avaient tué deux athlètes israéliens et en avaient pris neuf autres en otage, espérant les échanger contre 232 prisonniers palestiniens.

L'intervention des services de sécurité allemands sur la base militaire de Fürstenfeldbruck, à une trentaine de km à l'ouest de Munich, s'était achevée par la mort des neuf otages, ainsi qu'un policier ouest-allemand. Cinq des huit preneurs d'otages furent abattus et les trois autres capturés.

hap/aro/jeb

PLUS:afp