NOUVELLES

Afrique du Sud: fin de la grève sauvage de 12.000 mineurs chez Gold Fields

05/09/2012 09:29 EDT | Actualisé 05/11/2012 05:12 EST

Quelque 12.000 employés d'une mine d'or exploitée par le groupe Gold Fields près de Johannesburg ont mis fin à la grève sauvage qu'ils menaient depuis une semaine, ont indiqué l'entreprise et le Syndicat national des mineurs (NUM) mercredi.

"Nous pouvons confirmer que la grève a cessé grâce à la centrale nationale de NUM. (...) Les employés retourneront au travail avec l'équipe de nuit ce soir" (mercredi), a indiqué à l'AFP Sven Lunsche, porte-parole de la compagnie.

Les mineurs de la mine KDC, à l'ouest de Johannesburg, avaient cessé le travail le 29 août pour protester contre la négociation par la branche locale de NUM d'une police d'assurance obsèques dont ils ne voulaient pas.

"La direction de NUM s'est entretenue de ces problèmes avec ces travailleurs et s'est engagée à ce que leurs demandes soient étudiées et prises en compte", a indiqué le porte-parole du NUM Lesiba Seshoka dans un communiqué.

"Les travailleurs ont très largement accepté de retourner au travail et ont pris l'engagement de ne plus jamais être induits en erreur par des personnes ayant des arrière-pensées", a-t-il ajouté, faisant référence à l'agitation faite ces derniers mois par des petits syndicats contestant la représentativité du NUM.

Gold Fields, groupe coté à Johannesburg et New York, produit 3,5 millions d'onces d'or par an, selon son site internet. La société exploite huit mines en Australie, au Ghana, au Pérou et en Afrique du Sud.

Cette grève est survenue alors que l'actualité sud-africaine est dominée par le conflit de la mine de platine de Marikana (nord), qui a fait 44 morts, dont 34 personnes abattues par la police le 16 août.

jcm/jg/liu/cpb/de

PLUS:afp