NOUVELLES

USA: vibrant hommage à Ted Kennedy à la convention démocrate, Romney raillé

04/09/2012 09:02 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

La convention démocrate a rendu un vibrant hommage mardi soir au défunt sénateur Ted Kennedy, et diffusé des images d'un ancien débat télévisé l'opposant à Mitt Romney dans les années 90 au cours duquel il l'accuse de changer tout le temps de positions.

Tour à tour, le président Barack Obama, puis l'ancien président Bill Clinton ont salué la mémoire de Ted Kennedy, grande figure de la gauche américaine, dans des entretiens retransmis à l'écran de la convention démocrate qui s'est ouverte mardi à Charlotte (Caroline du Nord, sud-est).

Ted Kennedy, frère du président assassiné John F. Kennedy, est décédé le 25 août 2009 d'un cancer du cerveau. Le "lion du Sénat", comme on l'avait surnommé, avait occupé le siège de sénateur du Massachusetts (nord-est) pendant près de 47 ans, et mené nombre de batailles notamment pour réformer le système de santé aux Etats-Unis.

Puis la convention a diffusé des images d'un débat télévisé datant de 1994 opposant Ted Kennedy à l'actuel candidat républicain à la présidentielle Mitt Romney, qui briguait alors son siège de sénateur dans le Massachusetts, faisant le délice des milliers de délégués démocrates hilares.

Dans ce débat, Kennedy interpelle Romney sur ses supposés changements de positions à l'époque. On y voit notamment Mitt Romney se dire en faveur de l'avortement.

Des images d'un Kennedy particulièrement en verve le montre également ironiser sur Romney: "Si on lui laisse encore deux semaines, il pourrait même voter pour moi", lâche-t-il.

Romney devait alors perdre l'élection avec plus de 17 points d'écart. Il deviendra ensuite gouverneur du Massachusetts et affrontera le président Obama lors de l'élection présidentielle du 6 novembre.

M. Romney a été raillé y compris dans son propre camp lors des primaires républicaines pour avoir changé d'avis sur l'avortement et signé dans son Etat lorsqu'il en était gouverneur une loi sur l'assurance maladie similaire à celle proposée par Barack Obama.

lb/bd/lor

PLUS:afp