NOUVELLES

Une garderie oublie une enfant dans un parc

04/09/2012 07:59 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Le cauchemar de tout parent, celui de voir son enfant oublié dans un lieu public par la garderie qui a la responsabilité de sa garde.

C'est ce qu'a vécu une famille montréalaise en août dernier. Elle a rendu l'histoire publique et la garderie a expulsé l'enfant qui recevait des subventions pour soigner un retard de langage.

La petite Judith, 3 ans et demi, a été oubliée et laissée sans surveillance par l'éducatrice de sa garderie au parc Saint-Jean-de-la-Croix, à Montréal lors d'une sortie le 22 août dernier.

C'est la mère de l'enfant, en se présentant après sa journée de travail, qui a réalisé que sa fille n'était plus du groupe.

« Je pensais ... oh mon dieu si j'étais arrivé 30 minutes plus tard comme toujours. Qu'est-ce qui serait arrivé? Parce que ce sont les filles qui ont réalisé quand je suis arrivé », explique la mère.

Les parents de l'enfant disent avoir tenté de parler directement au propriétaire de la garderie Le chemin des petits enfants de Loulou, sans succès. On leur aurait remis un rapport expliquant l'incident. Insatisfaits, ils ont contacté les autres parents par écrit afin de former un comité.

À peine une semaine après l'incident, la garderie privée subventionnée coupe les ponts avec les parents.

« Il y a un huissier qui nous attendait avec une mise en demeure. Il nous a dit que l'on faisait de la diffamation. Il est resté tout le temps à côté des propriétaires. Ils sont allés chercher ma fille à la garderie avec toutes ses affaires et ils l'ont mise à la porte », explique le père de l'enfant.

La garderie soutient qu'il s'agit d'un événement est isolé et que l'éducatrice fautive a été congédiée. Dans sa mise en demeure, les propos sont sans équivoque :

« Le lien de confiance est rompu entre vous et la garderie. [...] Votre enfant n'est plus autorisé à se présenter à la garderie, et ce dès demain matin, vendredi le 31 août 2012. »

Le père de la fillette est indigné. « Moi je me demande qui est la victime dans tout ça. D'après la mise en demeure, c'est la garderie qui est la victime », ajoute le père.

J'ai perdu une place de garderie pour ma fille. Ma fille a perdu l'aide qu'elle avait.

Malgré plusieurs tentatives, il a été impossible d'entrer en contact avec la garderie.

Le ministère de la Famille affirme avoir assigné un inspecteur, dès le lendemain d'une plainte reçue le 24 août, pour faire la lumière dans ce dossier.

D'après le reportage de Pascal Robidas

PLUS: