NOUVELLES

Russie - Avec Hulk, le Zenit affiche ses ambitions et dépense sans compter

04/09/2012 12:45 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Le Zenit Saint-Pétersbourg, champion de Russie de football en titre, a affiché ses ambitions européennes en s'offrant l'attaquant brésilien du FC Porto Hulk à prix d'or, un transfert reflétant les excès des clubs russes qui dépensent sans compter.

En l'espace d'une journée, le Zenit a annoncé lundi avoir recruté Hulk et le milieu belge du Benfica Lisbonne Axel Witsel pour un montant total qui pourrait approcher les 100 millions d'euros !

"Après avoir été champion de Russie les deux dernières saisons, le Zenit veut maintenant de très bons résultats en Ligue des champions", la plus prestigieuse des coupes européennes où le club de Saint-Pétersbourg n'est jamais allé plus loin qu'en quarts, souligne Anton Orekh, journaliste sportif et commentateur à la radio Echo de Moscou.

Le club russe a été plutôt bien servi par le tirage au sort du groupe C avec Anderlecht (BEL), Malaga (ESP) et l'AC Milan (ITA), alors que le Spartak Moscou devra affronter dans le groupe B le FC Barcelone (ESP), Benfica (POR) et le Celtic Glasgow (SCO).

"Le Zenit voulait une star de classe mondiale pour rivaliser à un niveau européen", ajoute Anton Orekh en référence à Givanildo Vieira de Souza, surnommé Hulk, 26 ans.

"C'était une proposition énorme pour Porto et pour moi", a réagi Hulk, qui se préparait à une autre saison au Portugal quand son agent lui a dit que le club était prêt à le céder au Zenit pour une somme comprise selon les médias entre 40 et 60 millions d'euros.

Le club russe s'est offert dans la foulée le milieu de terrain belge Axel Witsel, 23 ans, pour 40 millions d'euros.

En l'espace de quelques années, le Zenit a été transformé par son propriétaire, le groupe semi-public Gazprom, "société la plus riche de Russie et l'une des plus riches au monde", qui dépense sans compter, souligne Anton Orekh.

En outre, les joueurs vendus à des clubs russes se monnayent davantage qu'ailleurs car la Russie est considérée comme un pays riche, dit-il.

Cependant, débourser 40 ou 60 millions pour Hulk est exagéré car le Brésilien est certes un bon joueur mais "pas une super vedette", estime l'agent russe Konstantin Sarssania, ancien joueur et entraîneur respecté dans le monde du football, cité par le site sport-weekend.

Mais le Zenit n'est pas le seul club russe à déverser des dizaines de millions pour s'offrir des vedettes du ballon rond.

Ainsi, l'ambitieux club d'Anzhi Makhachkala, du magnat russe du pétrole Suleiman Kerimov, a dépensé récemment 79 millions d'euros en transferts, selon des médias russes.

Cette formation du Daguestan, région instable du Caucase russe, s'est offert notamment la star camerounaise du football Samuel Eto'o, dont le salaire annuel est estimé à près de 20,5 millions d'euros, et l'entraîneur néerlandais Guus Hiddink, devenu l'un des techniciens les mieux payés au monde.

Le Rubin Kazan, club de la région du Tatarstan riche en pétrole, champion de Russie en 2008-2009, a récemment déboursé 69,4 millions d'euros en achats de joueurs.

Et le Spartak Moscou, aux mains du milliardaire russe Leonid Fedun, vice-président de Loukoïl, deuxième groupe pétrolier de Russie, a mis sur la table 50,4 millions d'euros, selon la même source. Le Spartak a recruté notamment le milieu international suédois Kim Källström, de Lyon.

bur-bfi/lap/pgr/jmt

PLUS:afp