NOUVELLES

Michelle Obama tente de recréer la magie Obama

04/09/2012 10:40 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

La Première dame des Etats-Unis Michelle Obama a cherché mardi à recréer la magie Obama, affirmant que les valeurs et convictions de son mari n'avaient pas changé après quatre ans à la Maison Blanche, et qu'il restait le mieux à même de "faire avancer ce pays".

"Nous devons une fois encore nous rassembler, et nous dresser pour l'homme en lequel nous pouvons croire pour faire avancer ce pays", a-t-elle déclaré dans un discours lors de la première nuit de la Convention démocrate à Charlotte (Caroline du Nord).

Après quatre ans à la présidence, Barack Obama est "le même homme", a-t-elle insisté, faisant l'éloge d'un président qui, a-t-elle dit, partage les valeurs de très nombreux Américains, travail, éducation, honnêteté, intégrité.

"J'ai vu comment les questions qui arrivent sur le bureau d'un président sont les plus dures", a également déclaré Michelle Obama.

"En tant que président vous recevez toute sorte de conseils de toute sorte de gens, mais au final, quand il faut prendre une décision ... tout ce que vous avez pour vous guider, c'est vos valeurs, votre vision, et les expériences qui dans votre vie vous ont fait ce que vous êtes", a-t-elle ajouté.

Sans le nommer mais offrant un saissisant contraste avec l'enfance dorée du républicain Mitt Romney, fils de gouverneur, elle a rappelé leurs origines modestes, elle fille d'un employé municipal souffrant de sclérose en plaque, lui fils d'une mère seule.

"Barack sait ce qu'est une famille qui a du mal", a-t-elle dit. "Barack sait ce qu'est le rêve américain, parce qu'il l'a vécu".

"Pour Barack, le succès ne se mesure pas à combien d'argent vous gagnez, mais à la différence que vous faites dans la vie des gens", a encore affirmé Mme Obama.

Et "je ne pensais pas que c'était possible, mais aujourd'hui, j'aime mon mari encore plus que je ne l'aimais il y a quatre ans, et même plus qu'il y a 23 ans".

"Aujourd'hui, quand les défis auxquels nous sommes confrontés semblent insurmontables, ou même impossibles, n'oublions pas que l'histoire de ce pays, c'est de réussir l'impossible", a-t-elle dit.

bd/lb

PLUS:afp