NOUVELLES

L'opposition libanaise appelle à l'expulsion de l'ambassadeur de Syrie

04/09/2012 12:00 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

L'opposition libanaise hostile au régime de Bachar al-Assad a appelé mardi à expulser l'ambassadeur syrien à Beyrouth, accusé de "superviser des opérations d'enlèvements, d'agressions et de liquidations" de militants syriens au Liban.

Dans un mémorandum soumis mardi au président de la République Michel Sleimane, l'opposition, représentée par la coalition dite du "14 mars", a appelé à "considérer l'ambassadeur de Syrie au Liban comme persona non grata car il joue un rôle de renseignement plus qu'il n'accomplit sa mission diplomatique et supervise des opérations d'enlèvements, d'agressions et de liquidations", citant notamment le nom de militants syriens.

L'opposition libanaise --et syrienne-- a dénoncé à plusieurs reprises l'enlèvement de Syriens au Liban par des partisans du régime de Damas.

Elle a également appelé à "la suspension de l'accord de sécurité signé entre les deux pays et à geler le Conseil supérieur libano-syrien", mettant en garde les Libanais contre toute visite en Syrie et appelant ceux qui s'y trouvent à la quitter.

Le Liban est divisé à l'égard de la révolte qui secoue son grand voisin syrien, ancienne puissance de tutelle, entre partisans du président Assad menés par le mouvement chiite Hezbollah et le camp pro-occidental conduit par l'ancien Premier ministre sunnite Saad Hariri.

Fait rare dans l'histoire récente des deux pays, le Liban a protesté à deux reprises contre les violations syriennes de son territoire.

Depuis le début de la révolte en Syrie, la chute d'obus à partir du territoire syrien et les échanges de tirs sont quasi-quotidiens notamment à la frontière nord du Liban, selon des responsables libanais locaux et des services de sécurité, provoquant l'ire des habitants.

Les débordements du conflit syrien chez son voisin inquiètent la communauté internationale.

Plus de 150.000 Syriens ont fui au Liban, où partisans et opposants au président syrien Bachar al-Assad se sont à plusieurs reprises violemment affrontés, notamment à Tripoli, la grande ville du Nord.

mah-ram/hj

PLUS:afp