NOUVELLES

L'OEA espère que le dialogue entre Bogota et les Farc sera de "bonne foi"

04/09/2012 07:35 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), José Miguel Insulza, a dit espérer mardi que l'ouverture des négociations entre le gouvernement colombien et la guérilla des Farc sera de "bonne foi" et permettra de parvenir à "une paix durable".

Le président colombien Juan Manuel Santos avait annoncé plus tôt dans la journée le lancement de négociations, le mois prochain en Norvège puis à Cuba, avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) - déclaration aussitôt confirmée par les rebelles marxistes.

M. Insulza a demandé dans un communiqué que "ce processus soit mis en place de bonne foi et avec la conviction que son résultat apportera une paix durable" dans le pays touché par ce conflit depuis près d'un demi-siècle.

Le chef de l'OEA a rappelé les "grands sacrifices" des gouvernements et du peuple de Colombie ces dix dernières années, qui ont créé les "conditions favorables pour parvenir à une résolution politique du conflit".

M. Insulza a également souligné le travail des pays ayant "contribué à mettre en place cette opportunité" de pourparlers et exprimé son souhait qu'ils "continuent à apporter leur contribution" au règlement de la situation.

Le secrétaire général de l'OEA a par ailleurs offert le soutien de son organisation "pour appuyer ce dialogue et mettre en oeuvre les accords qui en résulteront".

Fondées en 1964, les Farc, principale guérilla de Colombie, comptent encore 9.200 combattants selon les autorités, repliées dans les régions rurales, après une série de revers militaires qui ont divisé par deux le nombre de ses troupes en dix ans.

du/sam/lor

PLUS:afp