NOUVELLES

L'Estrie et la Montérégie luttent contre la rage

04/09/2012 10:04 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Le gouvernement du Québec procède à une sixième opération annuelle de vaccination des ratons laveurs, des moufettes et des renards sur le territoire de la Montérégie et de l'Estrie. L'opération d'immunisation des animaux sauvages contre la rage du raton laveur vise à contrôler la maladie qui peut s'avérer mortelle pour l'homme et la bête.

L'opération de contrôle de la maladie comprend trois périodes d'épandage de vaccins dont la dernière se déroulera du 6 au 8 septembre prochain. Les deux premières se sont déroulées du 20 au 24 août et du 26 août au 4 septembre.

Les autorités distribuent des appâts vaccinaux par voie aérienne ou tout simplement à la main, au sol. L'épandage aérien est utilisé pour les régions boisées alors que l'épandage manuel est requis aux abords des cours d'eau.

Ressemblant à de gros raviolis, les appâts seront répandus dans les habitats naturels des rongeurs. Les appâts, qui sont de couleur verte, se fondent dans le paysage et sont difficiles à repérer. Ils sont perforés de façon à libérer les doses de vaccins lorsque les rongeurs les croquent.

Plus de 530 000 appâts seront répandus dans la nature sur le territoire de la Montérégie, de l'Estrie et dans quelques parcs de la région montréalaise, dont les parc du Mont-Royal, du Bois-de-Saraguay et du Bois d'Anjou.

L'éclosion des cas de rage du raton laveur en 2006 a entraîné la mise sur pied de ces opérations visant à éradiquer la maladie. Les autorités québécoises avaient dénombré 14 cas de rage chez des animaux domestiques et sauvages pendant que le reste du Canada enregistrait un total de 229 cas. Aucun cas de rage n'a été répertorié depuis 2009 au Québec. Mais, l'interruption des opérations de vaccination, pendant seulement deux ans, ferait revenir la lutte contre la rage à la case départ, selon les autorités.

Le Canada a connu cinq cas de rage humaine depuis 1985. Un seul cas est survenu au Québec quand un enfant est mort de la rage en 2000. Il avait été infecté par le virus du variant de la chauve-souris, la forme la plus commune de la rage. Il s'agissait du premier cas de rage humaine depuis les années 1960 au Québec.

La rage se transmet par la morsure d'un animal infecté. Les autorités recommandent ainsi d'éviter d'approcher les animaux sauvages et de faire vacciner les animaux de compagnie. En cas de morsure, il faut rapidement laver la plaie à grande eau savonneuse pendant 10 minutes et communiquer dans les plus brefs délais avec les autorités médicales.

La campagne contre la rage du raton laveur comprend également un volet haute surveillance et un volet scientifique.

La rage du raton laveur au Québec

PLUS: