NOUVELLES

Iran: les médias doivent éviter de peindre la situation en noir (procureur)

04/09/2012 01:41 EDT | Actualisé 04/11/2012 05:12 EST

Les médias iraniens doivent "s'abstenir de donner une image noire" de la situation du pays, confronté à des difficultés croissantes du fait des sanctions internationales, a demandé mardi le procureur de Téhéran Jafar Dolatabadi.

Dans un texte publié par l'agence Fars, M. Dolatabadi appelle les médias à "prendre davantage leurs responsabilités, comprendre la situation (de l'Iran) et s'abstenir d'en donner une image noire et d'exagérer les problèmes".

"Ils devraient au contraire créer une atmosphère d'espoir et de joie, et montrer qu'ils constituent un atout pour défendre la révolution islamique", a ajouté le procureur.

Il a souhaité que le ministère de la Culture, qui est responsable du contrôle des médias, "donne les instructions appropriées" pour régler cette question.

Bien que la plupart des dirigeants iraniens continuent le plus souvent à affirmer publiquement le contraire, l'Iran est de plus en plus durement affecté par les sanctions économiques sévères mises en place depuis deux ans par les pays occidentaux et leurs alliés en représailles au programme nucléaire controversé de Téhéran.

Les sanctions bancaires et pétrolières notamment ont entraîné une baisse des ressources en devises du pays, un renchérissement des importations, une accélération de l'inflation, un effondrement de la valeur de la monnaie et la suppression de nombreux emplois dus à la fermeture d'usines.

Le gouvernement avait déjà adressé en juillet un avertissement aux médias, sommés de ne plus publier d'informations "contraires à l'intérêt national", notamment sur les questions économiques.

Le Guide de la République islamique Ali Khamenei a appelé fin août le pays à mettre en place "une économie de résistance" face aux sanctions, que le chef du Conseil de Gardiens (conseil constitutionnel) Ahmad Janati a assimilé de son côté à une "guerre" déclenchée par les Occidentaux contre l'Iran.

bur-lma/hj

PLUS:afp