NOUVELLES

Afrique du Sud: la flambée de violences dans les mines

04/09/2012 04:35 EDT | Actualisé 03/11/2012 05:12 EDT

Rappel des événements depuis le début de l'année dans les mines sud-africaines, 44 personnes ayant trouvé la mort en août dans des violences à la mine de platine de Marikana (nord), dont 34 grévistes tués par la police.

--JANVIER/MARS 2012--

- Une grève sauvage paralyse la mine de platine d'Impala Platinum près de Rustenburg (nord) du 20 janvier au 5 mars. Des échauffourées entre groupes de mineurs rivaux font 3 morts tandis que des routes sont bloquées, des véhicules caillassés, des magasins pillés et un poste de police incendié aux abords de la mine.

Le groupe licencie 17.000 grévistes, puis en réembauche la plupart une fois le calme revenu.

--AOUT 2012--

- 12: Des affrontements éclatent entre partisans du puissant Syndicat national des mineurs (NUM) et ceux du syndicat dissident AMCU, après le déclenchement d'une grève sauvage, le 10, par des centaines de foreurs à la mine de platine de Marikana, exploitée par la société britannique Lonmin près de Rustenburg (nord).

Les mineurs, qui disent toucher en moyenne 4.000 rands (400 euros) par mois, réclament 12.500 rands (1.250 euros), soit plus qu'un triplement de leur salaire.

- 13: Le NUM appelle l'armée à intervenir pour rétablir l'ordre dans la mine, où deux policiers ont été "frappés à mort" par des ouvriers après des heurts entre syndicats qui ont fait huit morts. Le 14, les forces de l'ordre et des hélicoptères de la police sont déployés sur le site.

- 16: 34 personnes sont tuées et 78 blessées lorsque la police ouvre le feu contre les mineurs grévistes, armés de machettes, de lances, et de quelques armes à feu. C'est l'intervention policière la plus meurtrière de l'histoire de la jeune démocratie multiraciale sud-africaine, instaurée en 1994.

- 17: La chef de la police nationale Riah Phiyega affirme que les policiers ont agi en état de légitime défense. "Le groupe des grévistes a chargé en direction de la police, tirant des coups de feu et brandissant des armes dangereuses. Les policiers se sont repliés et ont été forcés d'utiliser la force maximum pour protéger leur vie."

- 23: L'Afrique du Sud rend un vibrant hommage aux 44 morts. Le jeune tribun populiste Julius Malema, récemment exclu de l'ANC, le parti au pouvoir,, harangue la foule, appelant les grévistes à être les fers de lance d'une "révolution minière".

Le président Jacob Zuma installe la commission chargée de faire la lumière sur les événements de Marikana.

- 30: La plupart des mineurs grévistes tués le 16 août par la police l'ont été de sang froid, affirme le photojournaliste Greg Marinovich, qui a passé quinze jours sur place, sur le site d'information Daily Maverick.

- 31: Quelque 12.000 employés de la mine d'or KDC dans le West Rand (banlieue ouest de Johannesburg) se mettent en grève en raison d'affrontements syndicaux, selon leur employeur le groupe Gold Fields.

--SEPTEMBRE--

- 3: Quatre mineurs sont blessés dans la mine d'or de Modder East, à Springs (est de Johannesburg), lors de violences impliquant des mineurs et certains de leurs anciens collègues récemment licenciés après une grève sauvage. La société Gold One indique que deux employés sont morts dans les semaines précédentes.

La justice libère 162 des 270 mineurs arrêtés à Marikana le 16 août.

acm/bc/liu/cpb/gib

PLUS:afp