À la veille du scrutin, les deux porte-parole de Québec solidaire ont affiché leur optimisme. Au cours d'un point de presse tenu dans Gouin, à Montréal, pour faire le bilan de la campagne, Amir Khadir, unique représentant de la formation à l'Assemblée nationale au moment du déclenchement des élections, a prédit que plusieurs de ses collègues l'accompagneraient à Québec.

Combien de sièges, au minimum, la formation espère-t-elle récolter ? « J'aimerais mieux fixer un maximum. Nous allons nous contenter de 63 », a-t-il blagué.

Il a ensuite précisé qu'il y en aurait assurément « plus que deux », estimant que sa formation avait de bonnes chances non seulement dans Mercier et Gouin, sa circonscription et celle de la présidente et coporte-parole du parti, Françoise David, mais aussi dans Laurier-Dorion (Andrés Fontecilla), Hochelaga-Maisonneuve (Alexandre Leduc), Sainte-Marie-Saint-Jacques (Manon Massé), elles aussi en région montréalaise, ainsi que Taschereau (Serge Roy), dans la région de la Capitale-Nationale.

Deux de ces candidats, Manon Massé et Andrés Fontecilla, ont d'ailleurs pris la parole pour vanter la clarté du message de leur formation et une équipe prête à être élue.

« Je suis persuadé que nous avons de très grosses chances de créer la surprise », a poursuivi Amir Khadir, rappelant que les sondeurs n'avaient pas prévu sa victoire lors de l'élection de 2008. « Imaginez le bien que ça va faire d'avoir [...] quatre, cinq, six députés pour rappeler les autres partis à leurs engagements, pour les emmener à considérer plus souvent les gens ordinaires », a-t-il plaidé.

Interrogé sur le vote stratégique, il a affirmé qu'écarter les plus petites formations revenait à favoriser le statu quo et qu'il fallait permettre aux électeurs de voter selon leur conscience.

« Le choix le plus stratégique, c'est de voter pour ses opinions. » -- Amir Khadir.

Il n'a pas manqué de louanger la performance de sa collègue au cours du débat des chefs diffusé à la mi-campagne par Radio-Canada et Télé-Québec. « Si tant de gens vont voter pour Québec solidaire, c'est surtout parce qu'il y a à peu près trois semaines, ils et elles ont été touchés dans leur intelligence, dans leur coeur par Françoise David ».

« Nous sommes confiants pour demain, nous sommes très heureux, nous pensons que nous avons fait une très bonne campagne », a pour sa part affirmé cette dernière.

« Nous pensons que les Québécoises et les Québécois vont de plus en plus se reconnaître dans un parti qui parle d'eux. » -- Françoise David.

Elle s'est d'ailleurs réjouie que le nombre de membres de QS soit passé de 7000 en début d'année à 13 000.

Une campagne « positive »

Évoquant une « campagne enlevante » et « positive , l'ancienne présidente de la Fédération des femmes du Québec a également mis de l'avant la « campagne d'idées » menée par sa formation au cours des 34 derniers jours. Rappelant que QS avait fait campagne autour de cinq grands thèmes, dont l'éducation, elle a estimé que la formation avait « plus parlé du pays que tout autre parti ».

D'Amir Khadir, elle a reconnu qu'il ne faisait « pas l'unanimité », mais a vanté son audace, ses convictions et sa rigueur.

Elle a en outre dit souhaiter la réélection, dans Nicolet-Bécancour, de Jean-Martin Aussant, l'ancien député péquiste qui a fondé Option nationale. Québec solidaire n'a pas présenté de candidat dans cette circonscription, en vertu d'une entente conclue entre les deux partis afin d'éviter de diviser le vote progressiste et souverainiste, a-t-elle rappelé. En contrepartie, Option nationale ne lui a opposé aucun candidat dans Gouin.

Répondant à un journaliste anglophone, Amir Khadir a par ailleurs affirmé que « la communauté anglophone n'[était] pas condamnée à voter pour les libéraux indéfiniment ». Il a en outre présenté sa formation comme un « parti ouvert à tous les Québécois » qui garantissait le respect des droits démocratiques de tous les citoyens, quelles que soient leur religion, leur langue ou leur origine. Rappelons que la charte de la laïcité et l'extension de la loi 101 que prônent le Pati québécois a suscité de vives réactions au sein de la communauté anglophone.

Même s'ils ne sont pas souverainistes, quelques électeurs anglophones ont même indiqué qu'ils voteraient pour Québec solidaire en raison de ses politiques sociales et de son « programme d'inclusion », a renchéri Françoise David. Reconnaissant qu'ils n'étaient pas nombreux, ils révèlent néanmoins un phénomène « nouveau », a-t-elle dit.

Loading Slideshow...
  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)

  • (Crédit photo: Fabian Thauvoye)