NOUVELLES

Les négociations entre Chypre et la troïka "à un stade avancé" (ministre)

03/09/2012 02:16 EDT | Actualisé 03/11/2012 05:12 EDT

Le ministre chypriote des Finances a indiqué lundi que les négociations avec l'Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international sur l'aide destinée à soutenir son économie et à renflouer ses banques étaient à "un stade avancé".

"Un projet de mémorandum" fixant les termes et le montant de l'aide allouée pourrait être signé lors de la prochaine visite sur l'île de représentants de ces trois institutions, a précisé Vassos Shiarly devant des journalistes.

"En raison des préparations des réunions de l'Ecofin (ministres des Finances des 27) et de l'Eurogroupe (les 14 et 15 septembre à Chypre), il est difficile à la troïka de venir ici dans les 15 prochains jours, donc nous avons décidé de prendre contact le 17 septembre pour décider d'une date", a ajouté le ministre.

Il a souligné qu'il n'y avait pas de "désaccord" entre Chypre et la troïka, mais seulement des différences de "sensibilité" sur des questions comme les retraites.

Selon la presse chypriote, la troïka demanderait au gouvernement de réduire les salaires des fonctionnaires de 15%, les prestations sociales de 10%, de diminuer l'aide au logement et les subventions indexées sur l'inflation, d'augmenter de nouveau la TVA et de privatiser les institutions semi-gouvernementales.

La République de Chypre, qui rassemble la population hellénophone de l'île, a pris de plein fouet la crise en Grèce, pays dont elle est très proche économiquement et culturellement.

Elle n'a plus accès aux marchés financiers en raison des abaissements successifs de sa note par les agences de notation et a sollicité en juin l'aide de l'UE, de la BCE et du FMI.

Le montant de cette aide n'a pas été chiffré officiellement, mais selon l'agence de notation Standard and Poor's, celle-ci pourrait atteindre 15 milliards d'euros sur trois ans.

Chypre a déjà reçu fin 2011 un prêt à faible intérêt de 2,5 milliards d'euros de la Russie et espère encore obtenir de Moscou un nouveau prêt de cinq milliards d'euros.

Chypre prévoit que son économie se contracte de 1,5% en 2012.

cc/cco/sbh

PLUS:afp