NOUVELLES

Le principal syndicat grec prédit un taux de chômage de 29 pour cent en 2013

03/09/2012 10:54 EDT | Actualisé 03/11/2012 05:12 EDT

ATHÈNES, Grèce - Le taux de chômage en Grèce va atteindre 29 pour cent en 2013 si le gouvernement met en oeuvre les nouvelles mesures d'austérité exigées par les créanciers du pays en échange d'une aide financière destinée à lui éviter la faillite, a estimé lundi la Confédération générale des travailleurs grecs (GSEE), principal syndicat hellénique.

Quelque 11,5 milliards d'euros d'économies sont prévues en 2012 et 2013, vitales selon le gouvernement pour rester dans la zone euro. Pour Savvas Rombolis, directeur des recherches à la GSEE, ces mesures enfonceront davantage le pays dans la récession.

«Nous nous attendons pour 2012 à un recul du produit intérieur brut de 7 pour cent, ce qui va créer un taux de chômage de 24 pour cent, soit 1,2 million de personnes. Selon nos estimations, le chômage atteindra en 2013 entre 28 et 29 pour cent, avec plus de 1,4 million de chômeurs», a expliqué M. Rombolis dans un entretien à l'Associated Press.

D'après les dernières statistiques disponibles, datant de mai 2012, le taux de chômage en Grèce est de 23,1 pour cent, dont 54,9 pour cent pour les moins de 25 ans. Selon l'étude du GSEE, a poursuivi M. Rombolis, les Grecs touchant aujourd'hui le salaire minimum ont vu leur pouvoir d'achat ramené aux niveaux de 1979.

Les inspecteurs de la «troïka» formée par l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) doivent se rendre à Athènes à la fin de la semaine. Le déblocage d'une tranche d'aide de 31,5 milliards d'euros, sans laquelle la Grèce risque de faire faillite et de devoir renoncer à l'euro, dépend des conclusions de ces inspecteurs. Leur rapport sera au menu du conseil européen des 18 et 19 octobre.

Les mesures d'austérité continuent de susciter des mouvements de protestation en Grèce. Après les médecins libéraux et les pharmaciens, qui ont décidé de faire payer à leurs patients les charges impayées par l'État, les policiers ont prévu une manifestation en uniforme jeudi à Athènes, en prévision de probables nouvelles baisses de salaires.

PLUS:pc