NOUVELLES

Des violences dans une mine d'or sud-africaine font quatre blessés

03/09/2012 02:12 EDT | Actualisé 03/11/2012 05:12 EDT

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - Quatre mineurs ont été blessés, dont un grièvement, lors de violences survenues lundi près d'une mine d'or de la région de Johannesbourg, en Afrique du Sud, ont annoncé des responsables.

Selon Neil Froneman, président de la société Gold One International qui exploite la mine, des mineurs récemment licenciés ont tenté d'empêcher leurs anciens collègues et des cadres d'accéder à la mine. «Nos agents de sécurité ont dû intervenir, ils ont fait usage de balles en caoutchouc», a-t-il expliqué à l'Associated Press.

Les policiers appelés sur les lieux ont tiré «des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes», a-t-il ajouté. Selon lui, «quatre personnes ont été légèrement blessées et ont pu quitter l'hôpital».

Cette version des faits a été contredite par une porte-parole de la police, Pinky Tsinyane, qui a affirmé que l'un des blessés est dans un état critique.

Ces violences surviennent moins d'un mois après la fusillade à la mine de platine à Marikana, lors de laquelle 34 mineurs en grève ont été abattus par la police le 16 août.

Cette démonstration de force de l'État sud-africain, la plus meurtrière depuis la fin de l'apartheid en 1994, a choqué le pays et terni l'image du président Jacob Zuma et du Congrès national africain (ANC) au pouvoir.

Les adversaires de M. Zuma voient dans la fusillade de Marikana l'illustration du fossé qui s'est creusé entre l'ANC et les plus pauvres. Le parti n'a pas réussi à enrayer le chômage massif et de nombreux Sud-Africains vivent dans des logements insalubres, sans électricité ni accès à l'éducation ou à la santé.

PLUS:pc