NOUVELLES

Colombie : les FARC prêtes à dialoguer

03/09/2012 03:13 EDT | Actualisé 02/11/2012 05:12 EDT

En guerre depuis 48 ans, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) confirment vouloir participer à un processus de paix historique avec le gouvernement colombien. La plus vieille rébellion d'Amérique latine a diffusé un message en ce sens lundi.

« Nous arrivons à la table de dialogue sans rancoeur ni arrogance », a déclaré le numéro un des FARC, connu sous le nom de guerre de « Timoleon Jimenez » alias « Timochenko » dans une vidéo diffusée sur le site Internet de la guérilla.

La déclaration des FARC intervient une semaine après l'annonce du président colombien, Juan Manuel Santos, de l'existence de « discussions exploratoires » avec la rébellion marxiste.

Le gouvernement a engagé, dans le plus grand secret, des contacts avec les FARC dans le but de mettre un terme à 48 ans de conflit. Le rapprochement aurait eu lieu en février sous les auspices du président cubain, Raoul Castro, et du président vénézuélien, Hugo Chavez.

Le gouvernement souhaite amorcer un cycle de négociations en octobre. Les négociations se tiendraient en Norvège pour ensuite se transporter à Cuba, où elles se dérouleraient sous l'égide de Cuba et du Venezuela.

La déclaration du numéro un des FARC constitue un pas dans cette direction, selon le politologue colombien Fernando Giraldo. « C'est un message politique qui semble montrer une intention de faire la paix, explique M. Giraldo. Les FARC ont subi des coups très durs et cette déclaration reflète une bonne attitude ». Le politologue prévient que de nombreux problèmes peuvent surgir au cours des négociations.

Les principaux points sensibles des négociations seront vraisemblablement la question agraire, qui est à l'origine de la rébellion, le trafic de drogue, l'instauration d'un cessez-le-feu et la réinsertion politique des guérilleros. Un sondage démontre que la majorité des Colombiens (60 %) est favorable à un processus de paix, mais la moitié d'entre eux (49 %) refuse de « sacrifier une partie de la justice ».

Fondée en 1964, la guérilla des FARC est une insurrection d'origine paysanne qui compte encore 9200 combattants, selon les autorités. Repliées dans des régions rurales, les FARC ont subi une série de revers qui ont fait fondre ses troupes de moitié au cours des dix dernières années.

PLUS: