NOUVELLES

US Open - 3e tour: Djokovic dans ses temps de passage de l'an dernier

02/09/2012 05:27 EDT | Actualisé 02/11/2012 05:12 EDT

Novak Djokovic, N.2 mondial et tenant du titre, est dans ses temps de passage de l'an dernier après avoir balayé 6-3, 6-2, 6-2 le Français Julien Benneteau (N.31), dimanche au 3e tour de l'US Open.

Le Serbe de 25 ans, qui a concédé 14 jeux pour arriver en 8e finale du dernier tournoi du Grand Chelem de la saison, avait perdu seulement 12 jeux la saison passée pour atteindre le même stade de la compétition.

Il affrontera le Suisse Stanislas Wawrinka (N.18), vainqueur en trois sets de l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov (N.14), pour une place en quarts de finale.

Subissant l'implacable loi du Serbe en retour, Benneteau n'a gagné que 64% des points sur sa première balle et a été breaké à cinq reprises. "Novak est un métronome au retour de service, il ne donne pas un point", a dit le Français.

Brillant au service (aucune balle de break concédée), Djokovic a proposé un jeu ambitieux (41 coups gagnants) et très propre (12 fautes directes).

"Je mets l'accent sur mon service à l'entraînement pour obtenir plus de points gratuits et (dimanche) ça a bien marché pour moi, a expliqué +Djoko+. Je ne peux pas me reposer sur un service aussi puissant que celui de (John) Isner ou (Andy) Roddick mais je travaille sur d'autres choses, comme le placement."

Le quintuple vainqueur de Grand Chelem a conclu à sa première balle de match, qu'il s'est procurée sur son 13e ace, grâce à un impeccable revers gagnant.

"Ce n'est pas agréable d'être en face comme ça, a souligné Benneteau. Dans le tennis, il y a des différences de classement et parfois c'est criant."

"Il fait tout mieux, a ajouté le Français, qui n'a pu que hocher la tête face à une tel alliage de précision et de facilité. Au fond du court, c'est exceptionnel ce qu'il fait, il joue long, court, long de ligne quand il veut. On a l'impression que quand il est dans une bonne position, il ne peut pas louper."

"C'était un peu tôt pour moi, je n'aime pas trop jouer en premier alors c'était important de débuter le match en étant très concentré. J'ai vraiment bien joué", a sobrement commenté le Serbe, qui n'a perdu que trois matches sur dur cette saison, en 35 matches (titres à l'Open d'Australie, Miami et Toronto).

Andy Roddick, un ex N.1 mondial désormais 22e à l'ATP, a encore repoussé la date de sa retraite en se qualifiant dimanche pour les 8e de finale avec un succès en quatre sets sur l'Italien Fabio Fognini, 59e mondial.

L'Américain avait annoncé par surprise jeudi à New York, au jour de ses 30 ans, que le dernier tournoi du Grand Chelem de la saison, là où il a gagné en 2003 son seul titre majeur, serait aussi le dernier de sa carrière.

Roddick retrouvera en 8e de finale -un stade du tournoi où il n'a jamais perdu- l'Argentin Juan Martin del Potro (N.7), le vainqueur 2009 de Flushing Meadows, qui a disposé de son compatriote Leonardo Mayer (63e mondial) en trois sets et 200 minutes de jeu, à sa sixième balle de match.

David Ferrer s'est également qualifié dimanche pour les 8e de finale. La tête de série N.4 a dominé l'Australien Lleyton Hewitt, vainqueur à Flushing Meadows il y a onze ans mais désormais 125e mondial et invité, sur le score de 7-6 (11/9), 4-6, 6-3, 6-0. L'Espagnol a dû sauver cinq balles de premier set.

bpe/smr

PLUS:afp