NOUVELLES
02/09/2012 08:32 EDT | Actualisé 02/11/2012 05:12 EDT

Deux bombes explosent près de l'état-major de l'armée syrienne à Damas

AMMAN, Jordanie - Deux bombes ont explosé dimanche près de l'état-major de l'armée syrienne dans le quartier d'Abou Roummaneh situé dans le centre de la capitale Damas, faisant quatre blessés légers, a annoncé la télévision d'Etat.

Selon des responsables gouvernementaux, les explosions apparaissaient viser un immeuble en construction, près de l'état-major. Le bâtiment, inoccupé au moment des explosions, sert de base aux soldats gardant les locaux de l'état-major, à environ 200m plus loin.

Les blessés, des soldats, ont été légèrement blessés, selon ces responsables qui ont requis l'anonymat. La télévision syrienne a diffusé des images montrant le bâtiment endommagé, avec un trou dans un mur, et des débris jonchant les rues. Le pare-brise et les vitres de véhicules en stationnement ont été soufflés.

C'est le deuxième attentat dans le quartier d'Abou Roummaneh en moins d'un mois. Le 15 août, une bombe fixée sur un camion-citerne a sauté devant l'hôtel Dama Rose à Damas où les observateurs des Nations unies ont séjourné avant la fin de leur mission en Syrie. La déflagration, qui a touché un parking militaire voisin, a fait trois blessés.

Samedi soir, un attentat à la voiture piégée a fait 15 morts près d'un camp de réfugiés palestinien d'un faubourg de la capitale Damas, Al-Sbeineh, selon l'agence officielle syrienne SANA. L'explosion a également fait plusieurs blessés et des dégâts matériels importants, selon SANA. L'attentat est imputé à un "groupe terroriste armé", la terminologie officielle pour désigner l'insurrection contre le régime alaouite.

A Alep (nord), les forces syriennes ont bombardé des quartiers tenus par l'insurrection, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. L'OSDH a également signalé des combats dans des faubourgs de Damas, à Homs (centre) et dans la province d'Idlib (nord-ouest) près de la frontière avec la Turquie. Ces affrontements ont fait plusieurs morts, selon l'OSDH qui ne dispose pas de bilan précis.

PLUS:pc