NOUVELLES

Tour d'Espagne - 14e étape: Rodriguez insiste et change de statut

01/09/2012 12:11 EDT | Actualisé 01/11/2012 05:12 EDT

L'Espagnol Joaquim Rodriguez (Katusha) a remporté samedi la 14e étape du Tour d'Espagne entre Palas de Rei et Puerto de Ancares (149,2 km), une victoire dans une étape de montagne relevée qui lui permet de consolider sa première place au classement général.

Déjà vainqueur lors des 6e et 12e étapes, Joaquim Rodriguez a une fois de plus particulièrement bien géré son effort dans la difficulté finale, le col d'Ancares, pour l'emporter légèrement détaché devant ses compatriotes Alberto Contador (Saxo-Bank), 2e à 5 secondes, et Alejandro Valverde, 3e à 13 secondes.

Par ce succès, obtenu dans la première véritable étape de montagne de la Vuelta, Rodriguez, 33 ans, a cette fois changé de statut: outsider avant ce premier test de grimpeur, il est devenu favori crédible à la victoire finale dans la Vuelta.

Alors que tous attendaient un duel Contador-Froome (Sky), c'est finalement un mano a mano Rodriguez-Contador qui semble se dessiner.

Grâce aux bonifications, le coureur de Katusha a en effet porté son avance au général sur Contador à 22 secondes.

Valverde et Froome se disputent pour l'instant la 3e place sur le podium, tous deux ex-aequo à 1 minute 41 sec de Rodriguez.

Pourtant, c'est Contador qui, le premier, avait pris les choses en main samedi.

Après avoir porté une première attaque à 3,5 kilomètres du but, qui décramponnait Froome mais pas Rodriguez ni Valverde, Contador remettait ça un peu plus loin.

Cette fois-ci, "el Pistolero" paraissait s'envoler seul vers les cimes. Mais derrière, Rodriguez, bien déterminé à ne pas perdre son maillot rouge, revenait parfaitement dans le dernier kilomètre et déposait Contador au sprint.

A l'arrivée, "Purito" Rodriguez était tout sourire, mais reconnaissait avoir souffert: "Alberto (Contador) m'a mis à rude épreuve aujourd'hui (samedi). Ses attaques sont impressionnantes de puissance. Mais quand j'ai vu que je l'avais toujours en point de mire à cent mètres et qu'il ne restait qu'un kilomètre, une bonne distance pour moi, je me suis dit que je pouvais le rattraper", expliquait après coup le leader du général.

Le discours de Contador à la fin de l'étape indiquait clairement que l'Espagnol considère désormais son compatriote comme son principal rival: "Je n'ai pas eu de mauvaises sensations, au contraire. Mais ça n'a pas été possible aujourd'hui, Purito était impressionnant".

"Le plus important est de creuser des écarts et pour l'instant, je n'y arrive pas trop. Nous verrons demain", constatait un Contador un rien étonné par la résistance de Rodriguez.

Plus tôt dans la journée, un groupe de 16 coureurs avait réussi à s'extraire du peloton à partir du 19e kilomètre de course.

Parmi ces hommes figuraient notamment l'Italien Alessandro Ballan (Lampre) et le Français David Moncoutié (Cofidis), parti avec l'idée de récolter des points pour le classement de la montagne.

Mais c'est finalement l'Espagnol Alberto Losada (Katusha), également présent dans ce groupe, qui tentait d'aller chercher seul la victoire d'étape en démarrant dans au pied de la dernière difficulté de la journée, le col d'Ancares.

Alors qu'il comptait encore une minute sur le peloton au pied de la montée, il était toutefois repris à 3 kilomètres du but.

Mardi, les coureurs disputeront la deuxième étape du triptyque montagneux qui leur est proposé ces jours-ci, 186,5 km entre La Robla et Lagos de Covadonga dans les Asturies, un terrain à nouveau propice aux explications entre favoris.

cle/smr

PLUS:afp