NOUVELLES

Les bombardements et les combats se poursuivent dans toute la Syrie

01/09/2012 07:02 EDT | Actualisé 01/11/2012 05:12 EDT

BEYROUTH - Les combats et les bombardements se sont poursuivis samedi en Syrie, d'Alep à Deraa en passant par Homs et Damas, selon l'opposition au régime de Bachar el-Assad.

Equipées de canons d'artillerie et de mortiers, les forces gouvernementales ont ainsi bombardé plusieurs quartiers de la capitale, après des affrontements avec des insurgés au cours de la nuit, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), citant notamment le quartier de Tadamon, dans le sud de la ville.

Les Comités locaux de coordination, un autre groupe de l'opposition, ont également fait état de bombardements dans le quartier voisin de Hajar Aswad. Les forces gouvernementales ont repris la plupart des secteurs de la capitale passés sous contrôle de l'insurrection lors d'une offensive en juillet. Mais les insurgés continuent de livrer une série d'attaques, suivies de replis.

La capitale a par ailleurs vu la mort du général Taher Soubeira, tué par une bombe placée dans sa voiture devant son domicile, rapporte l'agence officielle SANA. De son côté, l'OSDH indique que les corps de cinq personnes, visiblement exécutées, ont été retrouvées dans le quartier de Qadam.

A Alep (nord), la plus grande ville du pays, les forces régulières -aviation et infanterie- s'en prenaient également aux rebelles réfugiés dans les ruelles étroites des quartiers de Hanano, Boustane al-Qasr, Soukkari et Al-Maïssar. Les insurgés ont lancé vendredi une opération baptisée "Volcan du Nord" ciblant les installations de sécurité de la ville et ses environs, dont une école d'artillerie et une base des services de renseignements de l'armée de l'Air.

Dans la province d'Idlib (nord-est), les rebelles ont également attaqué des bases de l'armée de l'Air afin de réduire la menace des bombardements aériens, selon les Comités locaux de coordination. Des combats avaient aussi lieu à Deraa (sud), près de la Jordanie, et dans la province centrale de Homs.

L'OSDH affirme par ailleurs que les insurgés ont fait main basse sur un poste de défense antiaérienne à Boukamal dans la province de Deir el-Zour (est). Des images dont l'authenticité n'a pas été confirmée montraient les insurgés dans ce poste.

Enfin, l'agence SANA a annoncé samedi que le régime alaouite avait remis en liberté 225 personnes qui avaient participé à des manifestations anti-gouvernementales. Cette amnistie est la seconde en une semaine après la libération lundi de 378 personnes emprisonnées après des manifestations à Damas et à Homs. Selon les opposants, des dizaines de milliers de personnes ont été jetées en prison ces 18 mois. Au cours de cette même période, la guerre civile a fait plus de 20 000 morts.

PLUS:pc