NOUVELLES

USA: les républicains militent plus que jamais pour le port d'arme

31/08/2012 11:18 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

TAMPA, Floride (Sipa) — Les républicains ont renforcé leur plate-forme présidentielle en faveur du port d'arme, en réaction au débat relancé par les récentes fusillades meurtrières aux Etats-Unis, notamment celle qui a fait 12 morts à Aurora (Colorado) le mois dernier. Ils s'opposent à la limitation de la capacité des chargeurs et élargissent la notion de légitime défense.

Le programme a été adopté cette semaine lors de la convention nationale à Tampa (Floride, sud-est) qui a désigné Mitt Romney pour affronter Barack Obama à la présidentielle du 6 novembre.

Il reconnaît notamment le principe de "stand your ground" ("défendez votre territoire") selon lequel une personne armée n'est pas tenue de fuir l'affrontement si elle se sent menacée dans un lieu public. Les lois qui s'en inspirent, qualifiées de "droit de tuer" par leurs détracteurs, ont fait l'objet d'une polémique nationale dans l'affaire Trayvon Martin en Floride, où un adolescent non armé a été tué par un patrouilleur bénévole de quartier armé en février dernier.

Si les républicains défendent traditionnellement le deuxième amendement de la Constitution par lequel tout Américain a le droit d'être armé, leur plate-forme 2012 va plus loin que celles de 2004 et 2008.

"Le contrôle des armes n'affecte et ne pénalise que les citoyens respectueux de la loi", lisait-on dans le programme de 2008, alors que celui de 2012 énonce: "Nous nous opposons à une législation qui vise à restreindre nos droits tirés du Deuxième amendement en limitant la capacité des chargeurs ou des magasins (des armes) ou à rétablir l'interdiction des armes d'assaut adoptée sous la présidence Clinton".

Les auteurs des fusillades d'Aurora ou de celle Tucson (Arizona), qui avait fait six morts, s'étaient munis d'armes à gros chargeurs capables de tirer de nombreuses cartouches très rapidement.

La plate-forme de 2004 disait que "les citoyens respectueux de la loi" devaient avoir le droit "de posséder des armes à feu chez eux pour leur propre défense". Celle de cette année soutient "le droit fondamental à l'auto-défense dans tous les lieux où la législation l'autorise aux citoyens respectueux de la loi".

Elle souhaite que les lois fédérales "élargissent l'exercice de ce droit en autorisant les détenteurs d'un permis de port d'arme délivré dans un Etat à porter des armes dans tout Etat qui délivre de tels permis à ses résidents".

Avec de telles dispositions, les dirigeants républicains "se coupent encore plus de leurs administrés", estime Dan Gross, président de la Brady Campaign to Prevent Gun Violence (Campagne Brady de prévention de la violence par arme à feu). Son organisation plaide pour l'interdiction des armes à grande capacité qui sont, selon elle, "conçues pour atteindre un grand nombre de gens rapidement et efficacement".

David Keene, président de l'influente National Rifle Association (NRA), qui défend le port d'arme, se félicite en revanche de ce que la plate-forme 2008 ait été "peut-être la plus favorables aux armes qu'aucun parti ait jamais adoptée". Et "la plate-forme républicaine de cette année est encore plus forte en matière de protection du Deuxième amendement par un grand parti", se réjouit-il.

Les candidats à la présidence, sans parler des Américains en général, passent souvent outre la plate-forme de leur parti, mais à Tampa, des dirigeants de poids du Parti républicain ont exhorté les électeurs à bien l'étudier pour bien voter.

Entre 260 et 300 millions d'armes à feu sont détenues par des civils aux Etats-Unis et environ un tiers des foyers américains en possèdent une. Depuis 1990, de moins en moins d'Américains demandent un durcissement du contrôle des armes, d'après l'institut de sondage Gallup: ils étaient 55% en 2011 à souhaiter le maintien, voire l'assouplissement de la législation existante.

st/AP-v

PLUS:pc