NOUVELLES

UEFA/Fair-play financier - Platini: "Nous ne reviendrons jamais en arrière"

31/08/2012 03:30 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

"Nous ne reviendrons jamais en arrière", a assuré vendredi Michel Platini, président de l'UEFA, au sujet du fair-play financier (ne pas dépenser plus qu'on ne gagne), les clubs contrevenants s'exposant à des sanctions à partir de 2014-15 allant jusqu'à l'exclusion des compétitions.

"Nous ne reviendrons jamais en arrière, PSG ou pas PSG", a expliqué M. Platini lors d'une rencontre avec la presse à Monaco. Le PSG a dépensé cet été plus de 130 millions d'euros sur le marché estival des transferts.

"J'ai parlé avec tous les grands patrons des clubs en Europe, j'ai même parlé avec les patrons de Manchester City à Abou Dhabi, et tout le monde veut le respecter, ce fair-play financier, mais certains montrent qu'ils ne le veulent pas, le nom que vous avez cité en fait peut-être partie (de ceux qui ne le respectent pas, il parle du PSG, qu'il finira par citer nommément à d'autres moments, ndlr)", a-t-il développé.

"Celui qui ne respectera pas le fair-play financier aura des problèmes, que ce soit un club français, anglais, géorgien, tout le monde sait où on va", a encore martelé l'ancien capitaine des Bleus.

"Nous ne reviendrons jamais en arrière sur le fair-play financier, cette mesure avait été décidée à l'unanimité des clubs (européens), c'est une révolution dans le foot européen et nous la ferons", a-t-il insisté.

"Nous avions laissé un délai, 3-4 ans pour que ça se mette en place, maintenant nous allons commencer à travailler", a-t-il ajouté.

"Il y a besoin du fair-play financier, a insisté le secrétaire général de l'UEFA, Gianni Infantino, présent aux côtés de M. Platini. Les pertes financières des clubs (européens) sont stabilisées, mais à un niveau historique et dangereux, avec 1,7 milliard d'euros de pertes en 2011".

La mise en place progressive du cadre du fair-play financier a déjà eu des effets, M. Infantino notant un "ralentissement de l'activité des transferts, avec pour le mercato hivernal 2012 une baisse de 20% comparée à la période 2008-11, et pour le mercato estival 2012, même s'il n'est pas encore complètement terminé, une baisse de 22% par rapport à la période 2008-11".

Dans le cadre du fair-play financier, les premières sanctions pourraient tomber à partir de 2014-15, avec un panel large allant du simple avertissement jusqu'à l'exclusion par exemple de l'épreuve reine des clubs en Europe, la Ligue des champions.

pgr/jgu

PLUS:afp