LONDRES - Le Canada s'est encore une fois démarqué en natation en remportant une autre médaille d'or aux Jeux paralympiques, vendredi.

Summer Mortimer originaire de Hamilton en Ontario, a pris le premier rang au S10 50 mètres style-libre féminin en fracassant le record mondial grâce à un temps de 28,10 secondes.

Sophie Pascoe de la Nouvelle-Zélande a terminé au deuxième échelon avec un temps de 28,24 secondes alors que la Française Elodie Lorandi a complété le podium en 28, 67 secondes.

Pour sa part, la nageuse québécoise Aurélie Rivard (28,98) a pris le sixième rang de la finale du 50m libre S10.

La classe S10 s'adresse aux athlètes ayant des handicaps physiques minimes. Les os des pieds de Mortimer se sont presque tous brisés lors d'un accident de trampoline en 2008.

«C’était beaucoup d’émotions et un 'feeling' assez incroyable. Je n’étais pas intimidée et je croyais en mes chances, surtout pour réaliser un record personnel. Je suis vraiment contente!», a commenté Rivard, qui est âgée de seulement 16 ans.

Cette dernière a atteint son objectif d’abaisser sa marque personnelle en retranchant 0,6 seconde, une éternité pour une course de 50 mètres.

«L’ambiance, l’adrénaline de Londres et la pression peuvent expliquer ça», a soutenu en riant l’athlète de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui avait arrêté le chrono à 29,29 secondes en qualifications.

La jeune nageuse participera à quatre autres preuves d’ici la fin des Jeux. Elle misera particulièrement sur le 400m libre, où elle est troisième au classement mondial grâce à un temps de quatre minutes et 42,16 secondes.

La victoire de Mortimer vient une journée après que son compatriote Benoit Huot ait réussi le même exploit à la piscine.

Le nageur montréalais a remporté le 200m quatre nages en abaissant sa propre marque mondiale. Huot a franchi la distance deux minutes, 10,01 secondes.

Mortimer avait aussi remporté l'argent au 200m IM féminin, jeudi.

Pendant ce temps, Brianna Nelson de Calgary a aussi décroché l'argent au S7 50 m papillon féminin alors que Nathan Stein de Maple Ridge, en Colombie-Britannique, a fait de même au S10 50 m style libre masculin.

Nelson a terminé la course en 36,03 secondes. L'Australienne Jacqueline Freney a remporté l'or en 35,15 secondes.

Stein a quant à lui décroché l'argent en vertu d'un temps de 23,58 secondes.

Le bronze pour McLachlan

En para-athlétisme, l’Ontarienne Virginia McLachlan fut médaillée de bronze au 200m T35 en un temps de 34,31 secondes.

D'autre part, la Sherbrookoise Diane Roy a obtenu son laissez-passer pour la finale du 5000m. Elle a enregistré le deuxième meilleur résultat des demi-finales grâce à un chrono de 12:24,48.

Du côté masculin, Alexandre Dupont a commencé en douceur son parcours paralympique en franchissant les préliminaires au 5000m T54 avec chrono de 11:31,10 — une performance qui n’a toutefois pas été suffisante pour lui assurer une place en finale.

Dupont pourra cependant se reprendre au 400m, au 800m de même qu’au relais 4x400m T53-T54.

«Si je pouvais améliorer mon record personnel au 400, je serais content, a avouéDupont. Au 800, je m’attends à une course tactique et des temps lents. Nous avons également le potentiel de monter sur le podium au relais.»

Le Sherbrookois d’adoption Colin Mathieson, originaire du Manitoba, participera quant à lui aux qualifications du 100m T54, samedi matin.

Au basketball en fauteuil roulant, l’équipe canadienne masculine a vécu l’expérience d'affronter l'équipe-hôte, vendredi soir, dans leur deuxième match de la ronde préliminaire. Les milliers de spectateurs réunis pour encourager les Britanniques n’ont toutefois pas eu raison des Canadiens, qui l’ont emporté 70-54.

Après leur victoire de 58-53 contre le Japon, jeudi, le Canada est toujours invaincu dans le tournoi.

«C’était un super bon match. Nous avons respecté notre plan de match et avons su contenir nos adversaires», s’est réjoui le Montréalais David Eng, qui a marqué 13 points dans la rencontre.

«C’est toujours le 'fun' de jouer contre cette équipe, a-t-il poursuivi. Nous avons toujours eu un peu de la difficulté contre elle alors c’est excellent d’y être parvenu ici, chez eux.»

Du côté des dames, l’équipe canadienne a connu un dénouement moins heureux et s’est inclinée 70-59 contre les Néerlandaises.

«Nous savions que ça allait être difficile et nous ne sommes pas rentrées aussi fortes qu'il l'aurait fallu», a avoué la Québécoise Cindy Ouellet, qui a inscrit quatre points dans la rencontre.

Pour leur deuxième match de la ronde préliminaire, les Canadiennes affronteront les Australiennes samedi. Elles se mesureront ensuite aux Brésiliennes, dimanche, et aux Britanniques, lundi.

«Nous prenons une journée à la fois. Nous allons regarder les vidéos de ce soir pour apprendre de nos erreurs pour ne pas les répéter», a conclu Ouellet.