Barack Obama va s'ériger en défenseur des militaires et vanter son bilan de politique étrangère vendredi, alors que son équipe reproche au républicain Mitt Romney d'avoir fait l'impasse sur l'Afghanistan dans son premier discours de candidat investi.

Le président des Etats-Unis a quitté vendredi matin Washington pour la base de Fort Bliss au Texas (sud), un déplacement de quelques heures qui coïncide avec le deuxième anniversaire d'un discours lors duquel il avait annoncé la fin de la mission de combat en Irak.

Il s'agissait alors d'un prélude au retrait total des derniers soldats américains de ce pays, conclu fin 2011, près de neuf ans après l'invasion lancée sous l'égide du président républicain George W. Bush. Ce dernier avait invoqué la possession par le régime de Saddam Hussein d'armes de destruction massive qui n'ont jamais été retrouvées.

Lors de sa visite à Fort Bliss, M. Obama, ès qualités de commandant en chef des forces armées américaines, va "parler aux soldats et participer à une table ronde avec des militaires et leurs familles", selon son porte-parole Jay Carney.

Sur place, le président va signer un décret concernant en particulier la prévention des suicides au sein des forces armées, un phénomène qui a pris une ampleur inquiétante ces dernières années de l'aveu même du Pentagone.

Ce texte visera aussi à "répondre aux besoins actuels et futurs en terme de santé mentale, d'aide contre la toxicomanie chez les anciens combattants, les soldats et leurs familles" selon la Maison Blanche.

M. Obama, qui avait acquis une stature politique nationale en s'opposant dès 2002 à l'idée d'une intervention en Irak, mentionne lors de ses discours électoraux le fait qu'il a tenu l'une de ses principales promesses de 2008 en mettant fin à l'engagement en Irak.

Mais pendant ces interventions, M. Obama salue immanquablement le dévouement des soldats et glorifie les forces armées, un sujet consensuel aux Etats-Unis où l'institution militaire est très respectée.

D'un strict point de vue électoral, les militaires d'active, réservistes ou anciens combattants, 25 millions d'électeurs au total, sont plus conservateurs que la moyenne, mais en convaincre davantage de voter pour lui pourrait permettre à M. Obama de remporter certains Etats-clé le 6 novembre.

M. Romney, qui a conclu jeudi soir les débats de la convention nationale républicaine à Tampa (Floride, sud-est), a donné un angle d'attaque à ce sujet au camp de M. Obama en ne mentionnant pas l'Afghanistan lors de son discours d'investiture, même s'il a attaqué la politique étrangère du président sortant.

"A un moment où 84.000 Américains, hommes et femmes, se battent pour leur pays en Afghanistan, pas une seule mention de comment ou quand les faire revenir chez eux sains et saufs", s'est étonnée l'équipe Obama dans une vidéo mise en ligne sur internet tôt vendredi matin.

Mercredi en Floride, les conservateurs avaient consacré une partie de leurs discours à rejeter le bilan de politique étrangère de M. Obama. L'ancienne secrétaire d'Etat de M. Bush, Condoleezza Rice, a été très applaudie après avoir affirmé que la faiblesse de l'Amérique menaçait de "faire du monde un endroit plus dangereux".

L'équipe de M. Obama estime toutefois aborder l'élection présidentielle en position de force dans ce dossier, grâce en particulier au raid du commando américain auquel le président a donné son feu vert et lors duquel Oussama ben Laden a été tué, début mai 2011 au Pakistan.

tq/jca

Loading Slideshow...
  • Mitt Romney

    Le candidat républicain à la présidence et ancien gouverneur des Massachusetts alors qu'il parcourt l'État de l'Ohio.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain à la présidence qui prononce un discours devant ses partisans.

  • Ann Romney

    L'épouse de Mitt Romney, candidat républicain, alors qu'elle prononce un discours au Connecticut.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain à la présidence en Pennsylvanie.

  • Mitt Romney

    De passage à Washington, le candidat républicain prononce un discours contre l'assurance-santé, projet-phare du président Obama.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain avec le gouverneur de la Virginie et une foule de partisans.

  • Mitt Romney

    Le candidat républicain se fait huer lors d'un discours devant l'Association nationale pour l'avancement des gens de couleur, au Texas.

  • Mitt Romney

    L'ex-gouverneur des Massachusetts aide les bénévoles d'un comptoir d'aide alimentaire.

  • Ben Romney, Tagg Romney

    Les fils du candidat républicain Mitt Romney. Ben (à gauche) et Tagg (au centre) sont pris en photo avec leurs enfants, le 4 juillet.

  • Mitt Romney et Soleil

    Le candidat républicain tient fièrement sa petite-fille Soleil Romney lors de la parade du 4 juillet.

  • Barack Obama

    Le président salue la foule venue le voir dans l'État de la Floride.

  • Barack Obama

    Le président prononce un discours devant une foule... démonstrative.

  • Michelle Obama

    Le première dame visite de jeunes campeurs en Alabama, alors qu'ils préparent des collations santé.

  • Barack Obama

    Le président tient fièrement son jersey, alors qu'il est pris en photo avec les championnes féminines de basketball collégien, à la Maison Blanche.

  • Barack Obama

    Le président salue ses partisans lors d'une activité de financement, au Texas.

  • Barack Obama et Malia Obama

    Le président et sa fille Malia après qu'elle ait attrapé un chandail lancé par l'équipe olympique de basketball, à Washington.

  • Barack Obama

    Le président s'arrête dans un casse-croûte à Cincinnati.

  • Barack Obama

    Le président s'arrête dans un comptoir de légumes tenu par des agriculteurs en Virginie.

  • Barack Obama

    Le président tient un discours sur les réductions d'impôt pour la classe moyenne à Iowa.

  • Barack Obama

    Le président prononce un discours à la Maison Blanche.