Si un éventuel gouvernement caquiste va de l'avant avec la promesse de François Legault d'abolir les élections scolaires, une poursuite devant les tribunaux est à prévoir. La communauté anglophone, notamment, voudra conserver le droit de s'impliquer activement dans la gestion de ses écoles par la voie d'un scrutin. Un constitutionnaliste spécialisé dans les questions de minorités linguistiques leur donne raison.

Lire l'intégralité de l'article sur www.ledevoir.com