NOUVELLES

L'étrange discours de Clint Eastwood à la convention républicaine fait jaser

31/08/2012 08:30 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

LOS ANGELES, États-Unis - Bizarre, bizarre. La prestation de Clint Eastwood jeudi soir à la convention nationale du Parti républicain à Tampa, en Floride, a suscité bien des commentaires et des interrogations.

L'acteur et réalisateur âgé de 82 ans a improvisé un discours face à des millions de téléspectateurs, debout derrière le pupitre à côté d'une chaise vide censée représenter Barack Obama. Clint Eastwood a reproché au président sortant de ne pas avoir tenu ses promesses et a déclaré qu'il était temps pour Mitt Romney et son colistier Paul Ryan de prendre les choses en main.

«Monsieur le président, que faites-vous des promesses que vous avez lancées lorsque vous faisiez campagne, et que faites-vous? Je veux dire, qu'est-ce que vous dites aux gens?», a-t-il ainsi demandé à la chaise vide sur l'estrade. «Quand quelqu'un ne fait pas le boulot, il faut s'en séparer», a ajouté l'interprète de l'inspecteur Harry, en se passant un doigt sous la gorge.

La foule a salué l'arrivée de l'acteur-réalisateur aux cris de «Go ahead, make my day» («Vas-y, allez, fais-moi plaisir»), la réplique culte de l'inspecteur Harry, mais en coulisses, des conseillers de Mitt Romney ont tiqué devant le spectacle.

Les réseaux sociaux se sont enflammés immédiatement, les internautes se moquant du réalisateur de «Million Dollar Baby».

Le plus éminent d'entre eux a été Barack Obama lui-même, qui a répondu par l'humour en publiant sur Twitter une photo de lui dans son fauteuil à la Maison-Blanche, de dos, sa tête dépassant du dossier, accompagnée de cette légende: «Ce fauteuil est pris».

«Clint a désormais dépassé le nombre total de mots de ses trois derniers films», a écrit le critique de cinéma Richard Roeper pendant le discours, qui devait durer cinq minutes mais a approché les 12 minutes.

«Clint, mon héros, donne la sensation d'être triste et pathétique», a écrit sur Twitter le critique de cinéma Roger Ebert, en ajoutant: «Il n'avait pas besoin de s'infliger ça à lui-même. Ce n'est pas digne de lui.»

Howard Kurtz, présentateur de l'émission «Reliable Sources» sur CNN, a déclaré qu'il s'agissait de «l'épisode le plus bizarre» qu'il ait jamais vu à une convention des partis politiques américains.

En dépit des sueurs froides causées par le discours pour le moins particulier de Clint Eastwood, le camp Romney s'est empressé de le défendre.

«C'est une icône américaine», a déclaré la porte-parole du candidat républicain, Gail Gitcho, au journaliste Piers Morgan de CNN. «On ne peut pas le juger de la même manière qu'on le ferait avec d'autres politiciens. C'est Clint Eastwood.»

La femme de Mitt Romney, Ann, a également volé au secours de l'acteur et réalisateur, affirmant qu'elle appréciait son soutien même si son allocution était loin d'avoir fait l'unanimité. Elle a avoué qu'elle ne savait pas à quoi s'attendre lorsque M. Eastwood s'est avancé sur la scène jeudi soir.

«C'est quelqu'un d'unique et il a fait quelque chose d'unique hier soir», a-t-elle dit à l'émission «CBS This Morning».

Sur Twitter, plusieurs célébrités et humoristes y sont allés de leurs suggestions pour aider les démocrates à concocter un numéro qui puisse battre celui de Clint Eastwood pour leur propre convention à Charlotte, en Caroline du Nord, la semaine prochaine.

«Pour rétablir l'équilibre dans l'univers, Obama doit inviter Tommy Chong sur scène à la convention démocrate et le faire parler à un steak», a suggéré le comique Patton Oswalt.

De son côté, Seth Meyers de «Saturday Night Live» a eu une idée complètement différente: «Pour battre ça, (le vice-président Joe) Biden doit se présenter torse nu à la convention démocrate .»

Clint Eastwood, conservateur sur les questions budgétaires mais libéral sur les sujets de société comme le mariage des couples homosexuels, a été maire de la ville de Carmel, en Californie. Il reviendra sous les projecteurs le 21 septembre, mais cette fois pour la sortie de son nouveau film, «Trouble With the Curve».

PLUS:pc