NOUVELLES

L'ONU exhorte les Soudans à résoudre les différends qui les opposent encore

31/08/2012 05:52 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté vendredi les deux Soudans à régler rapidement les différends qui continuent de les opposer, avant la reprise prévue mardi des négociations entre les deux pays.

Dans une déclaration adoptée vendredi, les 15 pays membres du Conseil "accueillent avec satisfaction les progrès accomplis" par les deux pays sous l'égide de l'Union africaine, notamment sur le partage des revenus du pétrole. Ils souhaitent la tenue d'un sommet des deux présidents afin de "parvenir aux accords nécessaires pour régler toutes les questions en suspens".

Toutefois, le Conseil "déplore que les deux parties n'aient pu parvenir à un accord sur plusieurs questions fondamentales", dont la démarcation et la démilitarisation de la frontière commune et les problèmes de citoyenneté et demande au gouvernement soudanais qu'il "retire sans conditions la +police pétrolière soudanaise+" de la région contestée d'Abyei.

Présentant le document du Conseil, l'ambassadeur français Gérard Araud a dans un sourire "demandé pardon aux dieux de la littérature, dans la mesure où ce texte va faire se retourner dans leurs tombes et Jane Austen et Voltaire". M. Araud a ensuite déploré que ce texte, fruit de trois semaines de négociations ardues, soit trop long et alambiqué: "C'était inutile, franchement le message aurait dû être que le président Mbeki a réussi une percée" dans ce dossier. L'ancien président sud-africain Thabo Mbeki est le médiateur de l'Union africaine dans le conflit entre les deux Soudans.

"Il y a eu un long, long débat, on s'est battu sur chaque virgule" du texte, entre les pays soutenant Khartoum et ceux soutenant Juba, "et à la fin nous avons un compromis", a expliqué M. Araud: "C'est l'effet des tensions au sein du Conseil (..) après ce qui s'est passé sur la Syrie, le Conseil est profondément divisé".

Les tensions restent vives entre Khartoum et Juba depuis la partition du Soudan en juillet 2011 après plus de 20 ans de guerre civile. Elles ont dégénéré au printemps en combats meurtriers qui ont poussé l'ONU à sommer les deux pays de résoudre leurs différends par des négociations sous peine de sanctions.

Début août, ces négociations ont abouti à un accord sur le partage des revenus pétroliers mais le Soudan a précisé que les questions de sécurité devront être réglées avant toute application de l'accord. Ces questions portent sur le tracé de la frontière, et les accusations réciproques de soutenir des rébellions armées dans le pays voisin.

avz/mdm

PLUS:afp