NOUVELLES

Les rebelles attaquent un bâtiment des services de sécurité syriens à Alep

31/08/2012 02:21 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Les rebelles syriens ont attaqué dans la nuit de jeudi à vendredi un bâtiment des services de sécurité à Alep, deuxième ville du pays et enjeu crucial du conflit, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les insurgés ont attaqué cet édifice situé dans l'ouest d'Alep (355 km au nord de Damas), provoquant une riposte des membres des services de sécurité, selon cette organisation basée en Grande-Bretagne qui se base sur large réseau de témoins et de militants. Aucun bilan n'était disponible dans l'immédiat.

D'autres quartiers de la métropole du Nord, Soukkari (sud), Hanano (nord-est) et Salaheddine, ont été bombardés pendant la nuit par l'armée qui a aussi engagé des combats au sol dans les bastions rebelles de Salaheddine et Saïf el-Dawla (sud-ouest), selon l'OSDH.

Sur l'autre grand front de ce conflit, Damas et sa province, les troupes régulières ont bombardé la localité de Rankous alors qu'à Sayidé Zeinab, les rebelles ont capturé neuf membres des troupes gouvernementales, selon la même source.

Dans l'est du pays, de violents combats ont éclaté près d'un bâtiment de la défense aérienne dans la ville de Boukamal que les insurgés ont tenté de prendre, toujours d'après l'OSDH.

Par ailleurs, les bombardements ont fait trois morts parmi les civils, dans des localités de la province de Deraa, berceau de la contestation contre le régime de Bachar al-Assad. Des enfants et femmes ont été blessés également à Basr el-Harir.

Les violences ont fait 119 morts jeudi à travers le pays, dont 79 civils.

Le bilan le plus lourd a été enregistré dans la province rebelle d'Idleb (nord-ouest), où 20 civils dont huit enfants et neuf femmes ont péri dans un bombardement dans la région d'Abou el-Zouhour et 17 autres ont été tués par des tirs à l'arme automatique attribués à l'armée dans la ville d'Ariha, selon l'OSDH.

C'est dans cette région d'Abou el-Zouhour que le rebelles ont affirmé jeudi avoir pris le contrôle d'un aéroport militaire et abattu un avion de combat MiG peu après son décollage.

ram/sb

PLUS:afp