MONTRÉAL - Les autorités rapportent sept cas supplémentaires de légionellose depuis jeudi à Québec, soit 158 depuis le début de l'éclosion, mais aucun autre décès, soit toujours neuf.

La ville de Québec est aux prises avec une éclosion de légionellose dans les quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur, depuis le 17 juillet dernier.

Le Directeur de santé publique de la Capitale-Nationale, le docteur François Desbiens, a par ailleurs émis une ordonnance qui s'adresse à tous les propriétaires de tours de refroidissement de la zone visée.

«J'ai ordonné aujourd'hui à l'ensemble des propriétaires et gestionnaires d'édifices munis de tours de refroidissement de maintenir un niveau minimal de chlore dans l'eau de ces tours, afin de s'assurer que dans les prochains jours, il n'y ait pas de bactéries qui puissent se développer. Certaines de ces tours ont déjà des dispositifs automatisés d'injection de produits qui désinfectent leurs tours de façon continue. D'autres tours n'ont pas ces dispositifs et ça doit être fait de façon manuelle», a-t-il expliqué, au cours d'une conférence téléphonique.

Une ou des tours de refroidissement mal entretenues sont soupçonnées d'être à la source de l'infection. La Ville et la Direction régionale de santé publique ont déjà inspecté, nettoyé et donné un traitement choc aux tours de refroidissement situées dans le périmètre visé, mais les résultats des tests ne sont pas encore connus.

Chantale Giguère, directrice générale adjointe à la sécurité publique à la Ville de Québec, a précisé que 130 tours de refroidissement avaient ainsi été inspectées dans 75 édifices. L'équipe multidisciplinaire a refait des visites cette semaine pour 31 tours, qui ont reçu un autre traitement choc. Deux tours ont même nécessité une troisième visite.

Le docteur Desbiens se fait donc rassurant, compte tenu des mesures prises et du nombre d'inspections ainsi que de traitements chocs réalisés. «Il n'y en a plus de danger ou, s'il y en a, il est résiduel, il est minime», a-t-il dit.

«Présentement, les tours sont désinfectées, redésinfectées, nettoyées parce qu'on l'a exigé. Tout a été fait pour que s'il y a une tour qui était inadéquate et qui contribuait à ce qu'on a observé, elle a été désinfectée. Les cas qu'on observe présentement et que je vous déclare, ce sont des cas qui représentent une exposition avant le début de la désinfection», a-t-il ajouté.

La bactérie légionelle se multiplie dans de l'eau stagnante. Lorsque le système de refroidissement est actionné, la bactérie se retrouve alors dans des gouttelettes en suspension dans l'air.

Ce sont les personnes dont le système immunitaire est déjà affaibli et les gros fumeurs qui sont les plus vulnérables à l'infection. Les symptômes sont une fièvre persistante, de la toux et des difficultés respiratoires.

Les autorités ignorent encore quelle tour de refroidissement pose problème ou même s'il n'y en a qu'une seule. Les prélèvements ont été envoyés au laboratoire et y nécessitent une manipulation qui prend trois à quatre semaines au total, a précisé le docteur Desbiens.