NOUVELLES

Le meurtre de deux femmes en Russie n'est pas lié aux Pussy Riot

31/08/2012 05:28 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

MOSCOU - Les enquêteurs russes ont annoncé vendredi l'arrestation du meurtrier présumé de deux femmes dans le centre de la Russie qui a laissé sur les lieux du crime un message appelant à la libération des Pussy Riot. Selon la Commission d'enquête russe, l'homme a tenté de lancer la police sur une fausse piste.

Trois jeunes femmes membres du groupe punk Pussy Riot ont été condamnées à deux ans de prison le 17 août pour avoir chanté une «prière» contre le président Vladimir Poutine dans une cathédrale de Moscou.

Selon la Commission d'enquête russe, le meurtrier présumé a été arrêté jeudi à Kazan.

L'homme, un professeur d'université âgé de 38 ans, a tué à coups de couteau les deux victimes, une femme de 38 ans avec laquelle il avait une liaison et sa mère âgée de 76 ans, selon les enquêteurs. Il les ensuite mutilées et a inscrit en anglais «Free Pussy Riot!» sur le mur de leur appartement avec du sang, ajoute la Commission.

L'arme du crime a été retrouvée sur les lieux, selon la même source.

PLUS:pc