NOUVELLES

La Fed pourrait intervenir à nouveau pour stimuler l'économie américaine

31/08/2012 11:06 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

JACKSON HOLE, États-Unis - Le président de la Réserve fédérale des États-Unis, Ben Bernanke, a clairement indiqué vendredi que l'institution financière allait en faire plus pour stimuler l'économie américaine, en raison d'un taux de chômage élevé au pays et d'une reprise économique qui, selon lui, est encore loin d'être satisfaisante.

M. Bernanke a également fait valoir que les actions entreprises jusqu'à maintenant par la Fed pour maintenir les taux d'intérêts à des niveaux historiquement bas et encourager les emprunts et les dépenses avaient contribué à soutenir l'économie.

Le patron de la Fed ne s'est toutefois pas aventuré à engager spécifiquement la Fed à poser un ou plusieurs gestes précis — comme par exemple une nouvelle ronde d'achats d'obligations pour abaisser les taux d'intérêts à long terme. Dans un discours prononcé lors d'une conférence annuelle de la Fed, dans le Wyoming, il a toutefois indiqué que même si les taux d'intérêt étaient très bas, la banque centrale pouvait en faire davantage.

M. Bernanke a également souligné que des actions supplémentaires comportaient des risques, mais que l'institution fédérale était en mesure de les gérer. La Réserve fédérale «ne devrait pas écarter» de nouvelles politiques pour améliorer le marché du travail, a estimé M. Bernanke.

L'intervention la plus significative que pourrait adopter la Fed dans le contexte actuel serait de procéder à une nouvelle ronde d'achats d'obligations, soit un assouplissement quantitatif. Lors des deux rondes précédentes d'achats, la Fed a acheté plus de 2000 milliards $ US en bons du Trésor américain et en titres adossés à des créances hypothécaires. Les investisseurs sont nombreux à espérer l'annonce imminente d'une troisième ronde de ces achats, à l'approche de la prochaine rencontre de la Fed sur sa politique monétaire, à la mi-septembre.

Les propos de M. Bernanke ont incité certains analystes à affirmer qu'une telle éventualité se faisait de plus en plus probable.

«M. Bernanke a franchi un autre pas sur le chemin des politiques de relance supplémentaires, qui devrait se traduire par une troisième ronde d'acquisitions d'actifs dont l'annonce pourrait bien avoir lieu à la mi-septembre», a avancé Paul Dales, un économiste principal chez Capital Economics.

Le président de la Fed a également évoqué, lors de son allocution, des études démontrant que les deux premières rondes d'achats obligataires avaient créé au moins deux millions d'emplois.

«Il importe que nous réalisions de nouveaux progrès, particulièrement dans le marché de l'emploi. La Réserve fédérale apportera les nouveaux arrangements aux politiques si nécessaire», a soutenu M. Bernanke.

Certains analystes ont laissé entendre que l'importance d'une intervention de la Fed avait diminué en raison de la publication récente de données économiques encourageantes en ce qui a trait à l'emploi et aux dépenses. L'économie américaine a créé 163 000 emplois en juillet, le plus haut total depuis février, et les Américains ont dépensé un peu plus le mois dernier après que leurs salaires eurent légèrement augmenté.

Malgré tout, l'économie américaine peine encore à croître. Le produit intérieur brut (PIB) a cru de 1,7 pour cent au deuxième trimestre par rapport à l'année dernière, selon des estimations gouvernementales publiées mercredi.

Une troisième ronde d'achats d'obligations ne représente pas la seule avenue possible pour la Fed. La banque centrale prévoit déjà maintenir jusqu'à tard en 2014 son taux d'intérêt directeur à court terme près de zéro, à moins que l'économie ne s'améliore. La Réserve fédérale pourrait annoncer une prolongation de cet engagement jusqu'à 2015.

PLUS:pc