NOUVELLES

Jim Flaherty demeure inquiet face aux prêts hypothécaires des ménages canadiens

31/08/2012 05:14 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

TORONTO, ONTARIO, - Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, se dit toujours inquiet du poids de la dette hypothécaire pesant sur les Canadiens, mais selon lui, ils commencent à être conscients du caractère éphémère des taux d'intérêts bas.

M. Flaherty a exprimé ses craintes face aux consommateurs alourdissant sans cesse leur dette au point où ils ne seraient plus capables de payer si les taux d'intérêts devaient grimper — ce qui est, par ailleurs, inévitable, a-t-il indiqué.

Mais les Canadiens comprennent mieux que la hausse des taux d'intérêts se fera un jour ou l'autre et que la prudence est de mise dans un tel contexte, a affirmé le ministre des Finances.

Ce message a souvent été répété par M. Flaherty et le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney.

En juin, le ministre Flaherty avait répondu aux inquiétudes soulevées par M. Carney quant au marché immobilier et aux dettes des ménages canadiens en resserrant les règles entourant les emprunts hypothécaires. Ces nouvelles mesures sont en vigueur depuis le 9 juillet.

M. Flaherty a soutenu qu'il était encore trop tôt pour évaluer les retombées de ces mesures sur le marché immobilier, mais il s'est réjoui des récents indices d'un refroidissement du marché des condominiums à Vancouver et Toronto, notamment.

«C'est souhaitable. Il est préférable d'avoir un certain adoucissement sur le marché que de brusques soubresauts», a-t-il fait valoir vendredi.

Les nouvelles règles imposées par le gouvernement fédéral réduisent notamment la période maximale d'amortissement des hypothèques garanties par la Société canadienne d'hypothèques et de logement de 30 à 25 ans, en plus d'imposer l'assurance de la SCHL aux transactions pour lesquelles l'acheteur fait une mise de fonds inférieure à 20 pour cent de la valeur de la maison.

Le ministre Flaherty n'a pas annoncé de nouvelles règles de resserrement vendredi, lors d'un point de presse sur la performance économique du Canada au deuxième trimestre.

Il a fait référence, à deux reprises, à une possible hausse des taux d'intérêts par la Banque du Canada, sans toutefois s'aventurer à faire des prédictions sur le moment où une telle mesure serait annoncée.

PLUS:pc