NOUVELLES

Fehr dit que les négos pour un nouveau contrat de travail sont au point mort

31/08/2012 04:18 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Don Fehr a déclaré que les négociations pour le renouvellement du contrat de travail avec la ligue sont «au point mort», vendredi, à deux semaines seulement de la date établie par la ligue pour mettre les joueurs en lock-out.

Le directeur exécutif de l'Association des joueurs de la LNH a indiqué que la LNH avait demandé une interruption après que le syndicat ait présenté sa plus récente offre, aux bureaux de la ligue à New York.

La dernière offre de l'AJLNH a été déposée trois jours après que la LNH eut présenté sa première contre-proposition. Après avoir demandé aux joueurs de réduire leur part des revenus de la ligue de 57 à 43 pour cent, la LNH a haussé son offre aux joueurs à 46 pour cent pour les six prochaines années.

«Nous avons proposé de nombreux concepts pour la quatrième année qui permettraient que la quatrième année soit quelque part en-dessous de 57 pour cent des revenus, a dit Fehr. La suggestion, c'est que si nous pouvions passer la quatrième année et faire fi de leur objection au retour à 57 pour cent ça nous permettrait d'aller ensuite de l'avant.

Fehr a toutefois ajouté que la plus récente proposition du syndicat «n'avait pas porté ses fruits.»

Le commissaire de la LNH Gary Bettman a pour sa part indiqué que les suggestions présentées par l'AJLNH n'avaient pas répondu adéquatement aux préoccupations liées à la quatrième année.

«Dans la dernière analyse l'emphase a été mise sur le retour à 57 pour cent lors de la quatrième année, ce qui est de toute évidence inacceptable», a-t-il répondu.

Les deux parties ont pris une pause des négociations jeudi, après que le syndicat eut déclaré qu'il préparait une contre-offre.

Le syndicat a précisé qu'il avait tenté d'ajuster les paramètres de la quatrième année de son offre initiale, mais Fehr a ajouté que la ligue n'était pas encline à faire cela.

L'AJLNH prévoit demeurer à New York pour les deux prochaines semaines, et sera prête à reprendre les pourparlers dès que la ligue sera prête.

Fehr a cependant mentionné que les deux parties pouvaient relancer les négociations au moment jugé opportun et a dit qu'il s'attendait à ce qu'aucune d'entre elles «ne respecte l'étiquette».

Bettman a confié que l'offre des joueurs n'était pas une véritable contre-offre à celle de la ligue déposée plus tôt cette semaine, et a ajouté que le syndicat ne répondait pas adéquatement aux enjeux économiques auxquels est confrontée la ligue.

«Ce que je considérais comme étant une semaine prometteuse s'est terminée sur une note décevante», a confié Bettman. «Nous n'avons pas reçu une proposition du syndicat. Je dirais que c'était plutôt une réponse.»

Bettman a néanmoins reconnu que les parties pourraient reprendre les pourparlers si les joueurs amènent quelque chose de neuf à la table, mais a précisé qu'il n'y avait rien pour l'instant.

«Rien n'est à l'agenda puisque nous n'avons rien de neuf à dire à la lumière de la dernière ronde de négociations, qui n'a malheureusement débouché sur aucune nouvelle suggestion substancielle au niveau économique», s'est-t-il limité à dire.

La convention collective arrive à échéance le 15 septembre et la ligue a déjà déclaré qu'elle mettrait les joueurs en lock-out si jamais une nouvelle entente n'était pas en place d'ici là. La saison régulière de la LNH doit se mettre en branle le 11 octobre, bien que cette date soit désormais remise en doute.

Les deux parties avaient prévu reprendre les négociations la semaine prochaine à New York, mais le statut de ces pourparlers est incertain.

Ce n'est de toute évidence pas le genre de dénouement que le commissaire souhaitait, particulièrement après que la ligue ait adouci sa position plus tôt cette semaine.

L'AJLNH se prépare maintenant à la possibilité d'un lock-out, et une rencontre du comité exécutif est d'ailleurs prévue à New York les 12 et 13 septembre.

L'arrêt des pourparlers signifie que la LNH pourrait se diriger vers un quatrième conflit de travail au cours des 20 dernières années.

PLUS:pc