NOUVELLES

European Tour: rentrée des classes pour le Gotha de la voile de compétition

31/08/2012 06:12 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

Cinq trimarans MOD70, les multicoques de course au large les plus sophistiqués au monde, prennent dimanche à Kiel (Allemagne) le départ de l'European Tour, cocktail de manches hauturières et de régates au contact rassemblant le Gotha de la voile de compétition.

Le programme de cette rentrée des classes est superbe: cinq courses au large de 550 à 1.200 milles et plus de vingt régates devant les villes étapes en cinq semaines, avec près de 5.000 milles (environ 9.000 km) à courir sur des machines de 21,20 m de long, capables de porter 310 mètres carrés de voile au près, 409 au portant.

Après une mise en jambes entre trois bouées vendredi et samedi au large de Kiel, les MOD70 mettront dimanche le cap pour Dun Laoghaire (Irlande). Ils feront ensuite escale à Cascais (Portugal), Marseille (France) et Gênes (Italie), où la course s'achèvera le 3 octobre.

Dessinés par le cabinet français VPLP, les MOD70 sont de fantastiques machines de course équipées de foils (dérives courbes) et d'un mât basculant. Elles ont démontré leur fiabilité en juillet lors d'une transat express entre New York et Brest.

Le Français Yann Guichard et ses cinq équipiers de Spindrift Racing l'avaient emporté, parcourant 3.284 milles (environ 5.915 km) à la moyenne de 28,04 noeuds, en 4 jours, 21 heures et 08 minutes.

La liste des équipages des cinq trimarans réunis pour l'European Tour donne le tournis. Voile olympique, course large en équipage et en solitaire: la plupart des meilleurs sont là, de Franck Cammas (qui vient de remporter la Volvo Ocean Race 2011-2012) à Michel Desjoyeaux (double vainqueur du Vendée Globe).

Le règlement de la course limite le nombre d'équipiers à six pour les manches océaniques et à huit pour les régates côtières. Chaque skipper "piochera" donc dans sa liste pour composer chaque fois ce qu'il pense être le meilleur équipage.

La première étape, avec plus de trente noeuds de vent contraire dès les rivages danois, promet d'être spectaculaire et difficile pour les bateaux comme pour les hommes.

heg/jr

PLUS:afp