NOUVELLES

Début du vote en Angola pour les 3e élections depuis l'indépendance

31/08/2012 02:23 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Les bureaux de vote ont ouvert vendredi peu après 7h00 (06h00 GMT) en Angola pour des élections générales, troisième scrutin seulement depuis l'indépendance en 1975, dont le grand favori est le parti du président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 33 ans.

Quelque 9,7 millions d'électeurs sont appelés aux urnes, dans plus de 10.000 bureaux de vote, pour élire leurs députés. Selon la Constitution, le chef du parti vainqueur devient président de la République.

Les bureaux de vote fermeront à 18H00 (17H00 GMT) ce soir, les premiers résultats partiels étant attendus ce week-end. Les résultats définitifs devraient être connus la semaine prochaine.

L'opposition a formulé ces derniers jours des doutes sur la régularité du scrutin, qui n'est que le deuxième depuis la fin de la guerre civile en 2002.

Le Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA), au pouvoir depuis l'indépendance du pays gagnée contre les Portugais en 1975, est le grand favori du scrutin. Sa victoire devrait assurer un nouveau mandat de cinq ans à son chef, le président dos Santos.

Deux opposants font face à Dos Santos. Le premier est Isaias Samakuva, 66 ans, président de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), le principal parti d'opposition angolais et ennemi historique du MPLA, qu'il a affronté par les armes pendant la guerre civile.

Durant la campagne électorale, Samakuva a promis d'instaurer une véritable démocratie dans le pays, dénonçant jusqu'à la dernière minute le manque de transparence et les irrégularités du processus électoral.

Un nouvel acteur a fait son apparition dans le jeu politique angolais en mars dernier, bousculant le traditionnel duel entre MPLA et Unita. Abel Chivukuvuku, un ancien cadre de l'Unita, a créé un nouveau parti d'opposition, appelé Casa et rassemblant des déçus des deux partis historiques ainsi que des figures de la société civile.

Rencontrant un grand succès chez les jeunes, il promet de résoudre le problème du chômage et d'améliorer les conditions de vie des Angolais, dont plus de la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté.

em-cpb/de

PLUS:afp