NOUVELLES

Black-out prolongé en Erythrée sur la mort de l'Ethiopien Meles Zenawi

31/08/2012 05:39 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

Les dirigeants érythréens et les médias entièrement sous la coupe de l'Etat gardaient toujours vendredi un silence complet sur la mort du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi, dont les funérailles auront lieu dimanche.

Deux semaines après son décès, les dirigeants érythréens n'ont fait aucune déclaration et les médias n'ont même pas fait mention de la mort de Meles, un ancien allié devenu ennemi juré.

Le président érythréen Issaias Afeworki et Meles Zenawi étaient alliés lors de leur lutte commune dans la guérilla contre l'ancien dirigeant éthiopien Mengistu Hailé Mariam, qu'ils renversèrent en 1991. Après 30 ans de guerre, l'Erythrée a obtenu son indépendance de l'Ethiopie en 1993, et les deux pays, devenus rivaux, se sont livrés une nouvelle guerre meurtrière entre 1998 et 2000 pour une querelle de frontière.

Sur leurs sites internet, l'opposition et la diaspora érythréennes critiquent le "black out" des médias et du pouvoir, et appellent à un débat sur la possibilité de changer les relations entre les deux pays avec l'arrivée de nouveaux dirigeants en Ethiopie.

Les médias érythréens sont "manifestement restés silencieux comme si rien ne s'était passé dans la Corne de l'Afrique", lit-on sur le site Asmarino.

Face à l'"incertitude" provoquée par la mort de Meles, l'Erythrée doit "réévaluer" sa politique étrangères, estime le site d'opposition Awate.

Addis Abebab et Asmara n'ont jamais réglé leur contentieux frontalier et leurs relations ne se sont jamais apaisées, les deux pays maintenant d'importantes troupes à leurs frontières. En mars dernier, l'Ethiopie avait attaqué une base militaire érythréenne, l'accusant de soutien à des activités "terroristes" sur son territoire.

pjm/de/jms

PLUS:afp