NOUVELLES

Bahreïn: manifestations pour la démocratie et la libération de militants

31/08/2012 12:25 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

Des milliers de manifestants membres de l'opposition chiite ont défilé vendredi au Bahreïn sous le slogan "Liberté et démocratie" notamment pour réclamer la libération de militants emprisonnés, ont rapporté des témoins à l'AFP.

Cette manifestation, organisée après plus de deux mois de pause dans la mobilisation dans cette petite monarchie du Golfe dirigée par une minorité sunnite, s'est déroulée près d'une autoroute reliant des villages chiites à la capitale Manama, située à trois kilomètres.

Les manifestants, parmi lesquels des femmes, ont brandi des drapeaux du Bahreïn et des portraits des militants appartenant à l'opposition chiite incarcérés, selon les témoins.

Des photos de Nabil Rajab, un défenseur des droits de l'Homme condamné à trois ans de prison pour participation à des manifestations non autorisées, portant l'inscription "Liberté pour Nabil Rajab", ont notamment été brandies.

"Nous n'oublions pas les prisonniers", ont notamment scandé les manifestants, selon ces témoins.

Cinq mouvements d'opposition, dont le principal de la mouvance chiite, le Wefaq, ont appelé à "la libération immédiate des prisonniers" qu'ils ont qualifié de "détenus d'opinion".

Dans un texte distribué aux manifestants et dont l'AFP a obtenu copie, l'opposition a dénoncé "l'utilisation de l'appareil judiciaire contre l'opposition" et des "verdicts politiques injustes" notamment envers "des symboles de l'opposition retenus en otages dans les prisons du régime".

"La politique de répression, de restriction des libertés politiques et les interdictions de voyager distribuées aux pays frères et amis ne nous empêcheront pas de continuer à porter les revendications légitimes du peuple bahreïni", a encore prévenu l'opposition.

Le ministère de l'Intérieur avait interdit toute marche pendant plus de deux mois afin de "restaurer l'ordre et réhabiliter les lieux de manifestation", après des plaintes pour des dégâts causés par les manifestants, selon les autorités.

Des manifestations sporadiques, notamment dans des villages chiites, se sont multipliées après la répression meurtrière menée mi-mars 2011, qui avait mis fin à des mois de manifestations menées par les chiites à Manama.

bur-wak/sbh/vl

PLUS:afp