NOUVELLES

Arbitrage - L'UEFA entérine l'arbitrage à cinq dans ses compétitions

31/08/2012 04:16 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Le comité exécutif de l'UEFA "a décidé à l'unanimité de mettre les arbitres additionnels (arbitrage à 5) dans les compétitions de l'UEFA", a indiqué vendredi Michel Platini, président de cette instance lors d'une rencontre avec la presse à Monaco.

"Le comité exécutif a décidé à l'unanimité de mettre les arbitres additionnels (arbitrage à 5) dans les compétitions de l'UEFA. Depuis le 5 juillet, le Board (instance garante des lois du jeu, NDLR) a autorisé les fédérations qui le veulent à l'adopter, la fédération italienne a commencé dans son championnat, et ils en sont contents", a exposé M. Platini.

"Et pour les grandes finales européennes, on privilégiera des arbitres habitués à l'arbitrage à cinq, ce n'est pas une menace, c'est un conseil, les fédérations nationales peuvent faire ce qu'elles veulent, elles sont libres", a par ailleurs annoncé le dirigeant français.

"La technologie (sur la ligne de but, qui sera installée dans les prochains tournois Fifa, Mondial des clubs, Coupe des confédérations, Mondial-2014, NDLR) personne ne l'a jamais vue, alors que l'arbitrage à 5, vous le connaissez tous, je suis toujours opposé à la technologie, ce n'est pas à 57 ans que je vais changer d'idée", a-t-il poursuivi.

"Ce n'est pas la Fifa qui a décidé de l'arrivée de la technologie, c'est le président de la Fifa (Joseph Blatter) qui a décidé tout seul avec le Board, il n'a pas consulté le comité exécutif, c'est lui le patron, c'est lui le chef, voilà...", a-t-il encore ajouté.

"J'ai mes convictions, avec l'arrivée de la technologie, sur la ligne de but, ils jurent tous +on va s'arrêter là+, pff, vous verrez... moi, je respecte la décision, mais je ne suis pas pour, d'ailleurs le jour où le Board a décidé ça, je n'y suis pas allé, je suis resté chez moi, je ne voulais pas voir ça après 105 ans d'arbitrage", a-t-il confié.

"D'ailleurs, la technologie sur la ligne de but, je ne sais pas comment ça marche, et j'ai même entendu des gens qui sont pour dire +ça ne marche pas à 100% mais c'est une indication pour arbitre+ (il lève les yeux au ciel, ndlr), pff...", a-t-il encore regretté.

"Pour nous, c'est moins cher d'avoir des arbitres que la technologie, dans les 53 pays de l'UEFA. Et si l'Angleterre prend la technologie, on verra si ça marche ou pas", a-t-il conclu.

pgr/jr

PLUS:afp