NOUVELLES

Acide: la victime se remet bien et les séquelles seront moins importantes

31/08/2012 03:02 EDT | Actualisé 31/10/2012 05:12 EDT

LONGUEUIL, Qc - L'enquête sur remise en liberté de l'homme de 27 ans accusé d'avoir aspergé son amie de coeur d'acide au terme d'une crise de jalousie, le week-end dernier à Longueuil, a été remise au 12 septembre.

Nicolas Stephanatos est accusé de voie de fait grave et d'agression armée sur Tanya St-Arnaud, âgée de 29 ans. Elle a subi des brûlures graves sur 20 pour cent de son corps.

Le frère de la victime, Maxime Gosselin, était dans la salle d'audience vendredi au palais de justice de Longueuil. Il a indiqué que sa soeur, hospitalisée au Centre des grands brûlés de l'Hôtel-Dieu de Montréal, devait toujours prendre de la morphine pour soulager ses douleurs, mais qu’elle se remettait bien. Elle respire par elle-même et peut parler avec ses visiteurs.

Certaines parties de son corps ont été brûlées au troisième degré. Malgré les apparences sur les photographies qui ont été publiées, son visage et ses yeux n’auraient pas été touchés sérieusement par l'acide. Se basant sur ce qu’il a entendu des médecins, M. Gosselin croit qu'elle ne devrait pas vivre avec des séquelles physiques trop importantes.

Pour ce qui est du suspect, Maxime Gosselin souhaite qu’il demeure détenu, affirmant qu’il ne «mérite» pas d’être remis en liberté.

M. Gosselin tient par ailleurs à demander à la population de ne pas harceler la famille de l’accusé. Il explique que sa soeur a «beaucoup de peine» à la suite de propos haineux formulés à l’endroit des proches du suspect, rappelant que sa famille n’a rien à voir avec ce qui est arrivé et qu’on doit la «laisser tranquille».

(Collaboration Cogéco)

PLUS:pc