NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse, affecté par l'environnement économique maussade

30/08/2012 10:04 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Wall Street a ouvert en baisse jeudi, affectée par une série d'indicateurs économiques maussades et par des doutes sur la teneur du discours, très attendu, du président de la Réserve fédérale américaine vendredi: le Dow Jones lâchait 0,51% et le Nasdaq 0,56%.

Vers 13H45 GMT, l'indice Dow Jones Industrial Average perdait 66,28 points à 13.041,20 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 17,33 points à 3.063,86 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de 0,52% (- 7,28 points à 1.403,21 points).

La Bourse de New York avait terminé en légère hausse mercredi, encouragée par de bonnes statistiques aux Etats-Unis, tout en restant sur ses gardes avant d'en savoir plus sur les intentions des banques centrales: le Dow Jones avait grignoté 0,03% à 13.107,38 points et le Nasdaq 0,13% à 3.081,19 points.

Les principaux indices de la place financière new yorkaise pâtissent "des données économiques décevantes en provenance d'Europe et d'Asie", ont souligné les analystes de Wells Fargo.

Sur le Vieux continent, le marché du travail en Allemagne a continué de se dégrader en août, avec une hausse de 9.000 chômeurs sur un mois.

Et dans l'ensemble de la zone euro, l'indice de confiance des chefs d'entreprises et des consommateurs a enregistré en août un net repli, soit son cinquième mois de suite à la baisse.

Au Japon, les ventes de détail au Japon ont baissé en juillet de 0,8% sur un an, pour la première fois en huit mois, affectées par le net repli des ventes de produits électroménagers et électroniques.

Parallèlement aux Etats-Unis, les nouvelles inscriptions au chômage se sont stabilisées aux Etats-Unis après deux semaines de hausse, mais elles sont "plus hautes que prévu", ont indiqué les analystes de Charles Schwab.

Et l'inflation a ralenti aux Etats-Unis à 1,3% sur un an en juillet, selon l'indice des prix associés aux dépenses de consommation des ménages (PCE).

La consommation des ménages aux Etats-Unis a toutefois progressé en juillet pour la première fois en trois mois.

Par ailleurs à la veille de l'intervention de Ben Bernanke, le président de la Fed, à Jackson Hole (Wyoming, ouest), "les doutes commencent à s'installer sur la possibilité qu'il ne dise rien d'important dans son discours" mais "laisse seulement ouverte la possibilité d'un +plus d'actions si besoin+", a relevé Dick Green, de Briefing.com.

Le marché obligataire évoluait en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 1,622% contre 1,654% mercredi et celui à 30 ans, à 2,731% contre 2,768%.

jum/ppa/bdx

PLUS:afp