NOUVELLES

Virus du Nil occidental: le bilan des morts s'alourdit aux Etats-Unis

30/08/2012 04:20 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Le virus du Nil occidental, responsable de plus 60 morts aux Etats-Unis cette année, a gagné du terrain en faisant son premier mort dans l'Etat du Maryland (est), ont indiqué jeudi (bien jeudi) les autorités sanitaires locales.

"Depuis le 1er juillet, nous avons recensé 13 cas, dont un mortel", a déclaré à l'AFP Dori Henry, porte-parole du département de la Santé du Maryland, qui avait officiellement annoncé le premier cas avéré de la maladie le 10 août dernier.

Entre 2001 et 2011, l'Etat du Maryland affirme avoir connu 20 morts du virus du Nil occidental, sur un total de 215 personnes touchées.

Dans l'ensemble du pays, ce virus a tué 66 personnes et en a touché au total 1.590 cette année, un record depuis sa découverte en 1999, selon un bilan de l'organisme de contrôle des maladies (Center for Disease Control) publié avant l'annonce du cas mortel dans le Maryland.

Le centre précise que plus de 70% des cas ont été déplorés dans six Etats, dont quatre du sud (le Texas, le Mississippi, la Louisiane et l'Oklahoma) et deux du nord (le Michigan et le Dakota du Sud). Le Texas concentre à lui seul plus de 45% des cas.

Mais la quasi-totalité du pays est concernée par ce virus très actif en été, puisque 48 Etats ont fait état de personnes touchées. La ville de New York a annoncé mardi que du pesticide allait être pulvérisé à Manhattan, afin de réduire le nombre de moustiques porteurs du virus.

Le record du nombre de cas recensés enregistré en 2012 pourrait être dû à un hiver particulièrement doux, un printemps précoce et un été chaud, selon le CDC. Mais d'autres facteurs favorisent aussi la maladie: les oiseaux qui transportent le virus (transmis ensuite aux humains par les moustiques), le nombre de moustiques, et le comportement des êtres humains.

Le virus du Nil occidental, identifié pour la première fois en Ouganda en 1937, peut entraîner trois formes de réactions chez l'homme. La plupart du temps il passe inaperçu, mais il peut aussi causer des symptômes ressemblant à la grippe, et dans une minorité de cas des complications telles que des méningites et des encéphalites. La maladie peut alors être mortelle.

Il n'existe aucun traitement particulier pour soigner la maladie. 80% des personnes infectées ne présentent aucun symptôme.

lor/are

PLUS:afp