NOUVELLES

Venezuela: les habitants d'un village indigène isolé massacrés par des mineurs

30/08/2012 01:22 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - Les habitants d'un village isolé de la jungle amazonienne au Venezuela ont récemment été massacrés par les travailleurs d'une mine d'or, ont rapporté mercredi des leaders du peuple indigène Yanomami.

Dans un communiqué émis mercredi, le gouvernement vénézuélien a annoncé qu'il avait nommé des procureurs pour faire la lumière sur cette affaire.

La communauté d'Irotatheri a été attaquée le mois dernier dans le sud du Venezuela près de la frontière du Brésil, a révélé l'Organisation Horonami Yanomami dans une lettre adressée aux autorités et rendue publique par des militants.

Selon Luis Shatiwe Ahiwei, l'un des dirigeants du groupe, des habitants du village voisin ont découvert de nombreux corps calcinés lors d'une visite à Irotatheri au début du mois de juillet. La hutte commune avait également été brûlée.

M. Ahiwei a déclaré que le nombre de personnes tuées n'avait pas été établi, mais que les témoins avaient affirmé qu'environ 80 personnes vivaient à Irotatheri et qu'ils n'avaient retrouvé que trois survivants cachés dans la forêt.

Les rescapés ont raconté aux villageois qu'ils étaient partis chasser au moment de l'attaque, qu'ils ont attribuée à des mineurs brésiliens. Les chasseurs ont dit avoir entendu des coups de feu, des explosions et le bruit d'un hélicoptère, moyen de transport souvent utilisé par les mineurs pour transporter leurs provisions.

«Morts de peur, ceux qui chassaient sont retournés dans la forêt et y sont restés», a expliqué Luis Shatiwe Ahiwei.

Il a ajouté que, selon les survivants, l'attaque constituait une vengeance contre les membres de la communauté qui portaient secours aux femmes Yanomami enlevées par les mineurs.

Les Yanomami sont l'un des plus importants groupes indigènes à vivre de manière isolée dans l'Amazonie. Leur population est estimée à 30 000 individus répartis des deux côtés de la frontière entre le Venezuela et le Brésil.

PLUS:pc