NOUVELLES

Un policier de Bahreïn accusé de la mort d'un protestataire chiite (enquêteur)

30/08/2012 07:12 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Un policier de Bahreïn a été accusé d'avoir abattu un adolescent chiite qui faisait partie d'un groupe de protestataires ayant attaqué à coups de cocktails Molotov des membres des forces de l'ordre, a rapporté un enquêteur.

Le ministère public a cependant peu après indiqué dans un communiqué que l'accusation était "préliminaire" et que l'enquête avait montré jusqu'à présent qu'il s'agissait "vraisemblablement d'un cas de légitime défense".

Selon le chef du département d'enquête judiciaire, Nawaf Hamza, dont les propos ont été rapportés mercredi soir par l'agence BNA, le ministère public a "accusé de meurtre avec préméditation le policier qui a ouvert le feu sur l'un des assaillants qui avait un cocktail Molotov".

Il a précisé que le policier avait été relâché mais qu'il n'avait pas le droit de quitter le pays. Son nom et sa nationalité n'ont pas été révélés. La police de Bahreïn n'est pas composée que de Bahreïnis.

Houssam al-Haddad, un chiite de 16 ans, avait succombé à ses blessures le 17 août après que des policiers eurent ouvert le feu contre un groupe qui les avait attaqués à coups de cocktails Molotov dans la ville majoritairement sunnite de Mouharak, près de la capitale Manama, selon le ministère de l'Intérieur.

Selon M. Hamza, l'enquête a révélé que l'accusé avait tiré sur Haddad alors que celui-ci, qui se trouvait à proximité, était sur le point de lancer sur lui un cocktail molotov.

Le ministère avait alors affirmé que les policiers avaient agi en légitime défense.

Bahreïn est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation de la monarchie sunnite, animé par les chiites, majoritaires, qui réclament une monarchie constitutionnelle.

ak/vl/sb

PLUS:afp