NOUVELLES

«Un bonheur n'arrive jamais seul»: Sophie Marceau et Gad Elmaleh, un joli couple

30/08/2012 10:57 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

PARIS - Sophie Marceau et Gad Elmaleh s'aiment comme des fous et on les adore dans «Un bonheur n'arrive jamais seul», la comédie très, très romantique de James Huth qui sortira mardi à Montréal et le 7 septembre dans les cinémas du Québec.

La comédie romantique sera par ailleurs présentée en clôture du Festival des Films du Monde de Montréal, lundi.

À 45 ans, Sophie Marceau n'a jamais été aussi sexy, aussi désirable, aussi débordante de vie et d'énergie et aussi crédible dans son rôle que dans ce film. Elle porte (presque) à elle seule tout le charme d'une histoire d'amour qu'elle arrive (presque), par son naturel, à rendre crédible.

Gad Elmaleh, lui, n'en revient pas d'avoir rencontré cette femme si séduisante. Il est Sacha, pianiste de jazz, qui fait la fête toutes les nuits avec ses amis, séduit les jolies (et jeunes) filles en série, vit au jour le jour et dit détester les enfants. Pour gagner sa vie, Sacha compose des musiques de pub, mais rêve avec son meilleur copain de monter un spectacle musical.

En sortant de l'immeuble de l'agence de pub à qui il vient de proposer sa dernière musique, il fait la connaissance — sous une averse, dans des conditions rocambolesques — d'une femme superbe, Charlotte. C'est le coup de foudre au premier regard. Ils se revoient. Ils se séduisent. Ils s'aiment.

Pourtant, c'est le jour et la nuit: Charlotte — qui travaille dans l'agence de pub devant laquelle ils se sont rencontrés — ne tarde pas à lui montrer qu'elle a trois enfants et mène une existence à l'opposé de sa vie à lui. Et quand il apprendra avec qui elle est mariée (mais séparée), la question se posera encore plus lourdement: sont-ils vraiment faits l'un pour l'autre?

La réponse est oui, bien sûr. Il y aura des rebondissements, des hauts et des bas dans cette histoire d'amour, mais on sait bien depuis le début du film que ces deux-là ne se quitteront plus: lui le playboy artiste enfin lassé des aventures sans lendemain, elle la mère de famille passionnée et qui trouve un nouvel homme de sa vie que ses enfants vont adorer.

Dès le début du film — la rencontre entre Gad Elmaleh et Sophie Marceau —, le réalisateur James Huth joue sans complexe le premier degré: c'est romantique, c'est drôle, c'est complètement invraisemblable, les personnages sont beaux et intelligents et sympathiques, ils vivent dans des appartements immenses semblant tout droit sortis des pages d'un magazine, les enfants sont adorables, les amis sont fidèles et les disputes de couple sont sans lendemain.

James Huth a mis beaucoup de soin à peaufiner cette comédie romantique, montrant une nouvelle facette d'un talent protéiforme puisque ses quatre précédents films étaient tous très différents les uns des autres: «Serial Lover» (1998), «Brice de Nice» (2005), «Hellphone» (2007) et «Lucky Luke» (2009).

Il a écrit le scénario avec sa femme, Sonja Shillito, et laisse entendre que l'histoire qu'il raconte n'est pas si invraisemblable que cela: «Notre point de départ, c'était l'évidence de l'amour et le fait qu'un homme célibataire rencontre une femme qui a des enfants. Ce point de départ, nous l'avons vécu. Ensuite, nous sommes rentrés dans la fiction pour créer une comédie romantique.»

C'est bien sûr trop beau pour être vrai, mais c'est le principe du cinéma: des histoires qui dépassent le quotidien, de l'humour et de l'amour, du romantisme comme on en rêve mais comme on n'en fait plus, les beaux yeux bleus de Gad Elmaleh et le charme irrésistible de Sophie Marceau... Que demander de plus, franchement?

PLUS:pc