NOUVELLES

Obama dans une base vendredi, deux ans après un discours-clé sur l'Irak

30/08/2012 03:05 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Barack Obama se rend vendredi dans une base militaire du Texas (sud des Etats-Unis), deux ans après avoir annoncé la fin de la mission de combat des Etats-Unis en Irak, l'un des aspects de son bilan de politique étrangère qu'il vante en vue de la présidentielle du 6 novembre.

Le président américain va effectuer une visite de quelques heures à Fort Bliss, une base près d'El Paso, pour "parler aux soldats et participer à une table ronde avec des militaires et leurs familles", a annoncé jeudi son porte-parole, Jay Carney.

Ce déplacement, a noté M. Carney, aura lieu deux ans jour pour jour après que M. Obama eut annoncé la fin de la "mission de combat" américaine en Irak, prélude au retrait des derniers soldats de ce pays, fin 2011.

"Le président consacrera sa visite aux mesures destinées à soutenir les militaires et leurs familles", a ajouté M. Carney.

Cette visite, à quatre jours de l'ouverture de la convention nationale démocrate qui investira M. Obama comme candidat officiel à sa propre succession, interviendra aussi au lendemain de l'intronisation de son concurrent Mitt Romney par le parti républicain, prévue jeudi soir à Tampa.

Mercredi en Floride (sud-est), les conservateurs ont consacré une partie de leurs discours à rejeter le bilan de politique étrangère de M. Obama. L'ancienne secrétaire d'Etat de George W. Bush, Condoleezza Rice, a été très applaudie après avoir affirmé que la faiblesse de l'Amérique menaçait de "faire du monde un endroit plus dangereux".

L'équipe de M. Obama estime, quant à elle, être en position de force dans ce dossier. Le président, qui, jeune élu, avait acquis une stature nationale en particulier en s'opposant à l'idée d'une guerre en Irak, estime avoir rempli sa promesse de campagne de mettre fin à l'engagement américain dans le pays "de façon responsable".

Il vante aussi, lors de ses discours électoraux, le raid du commando américain auquel il a donné son feu vert et lors duquel Oussama ben Laden a été tué, début mai 2011 au Pakistan.

tq/are

PLUS:afp