NOUVELLES

Mesures de sécurité "préventives" dans l'Est libyen (Intérieur)

30/08/2012 01:02 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Les forces de sécurité libyennes sont en état d'alerte dans l'Est pour éviter des attaques de partisans de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi à l'occasion de l'anniversaire de son arrivée au pouvoir le 1er septembre 1969, a annoncé un responsable de l'Intérieur.

"Nous avons relevé le niveau d'alerte de nos éléments, que ce soit de la sécurité nationale ou des brigades des révolutionnaires qui ont des liens avec le ministère de l'Intérieur", a déclaré Wanis al-Charef, vice-ministre libyen de l'Intérieur, chargé plus particulièrement de l'Est.

Il a cependant démenti des informations de médias libyens selon lesquelles l'état d'urgence a été décrété dans l'Est libyen.

L'état d'alerte est "une mesure préventive" destinée à empêcher "tout acte criminel visant la déstabilisation du pays (...) de la part de partisans de l'ancien régime", a-t-il ajouté.

"Des partisans de l'ancien régime en possession d'explosifs ont été arrêtés alors qu'ils préparaient des attaques à Benghazi (est) et dans les villes voisines", a précisé le responsable, tout en martelant: "Nous sommes bien prêts à écraser quiconque qui oserait porter atteinte à la sécurité et la stabilité du pays".

Selon un correspondant de l'AFP, le dispositif de sécurité a été renforcé à Benghazi ces derniers jours. Des patrouilles de police, de soldats et d'ex-rebelles sillonnent la ville, en particulier la nuit et tôt le matin.

La fragilité de la situation sécuritaire en Libye inquiète en effet la population et les autorités.

Le 19 août, un attentat à la voiture piégée, attribué par les autorités à des partisans de l'ancien régime, avait fait deux morts à Tripoli. Et Benghazi a connu une vague de violences ces derniers mois, avec des attaques contre des Occidentaux et des assassinats d'officiers de l'armée ou de la sécurité.

str/ila/fc

PLUS:afp