NOUVELLES

L'Ontario et le Québec continueront à être amis, promet Pauline Marois

30/08/2012 02:30 EDT | Actualisé 29/10/2012 05:12 EDT

Un gouvernement du Parti québécois respecterait les ententes signées entre l'Ontario et le Québec au cours des dernières années sous deux premiers ministres libéraux.

C'est ce qu'assure la chef péquiste, Pauline Marois, à l'approche des élections du 4 septembre au Québec.

Selon les derniers sondages, le PQ arrive en tête dans les intentions de vote, devant la Coalition avenir Québec et le Parti libéral au pouvoir.

À l'heure actuelle, plus de la moitié des échanges interprovinciaux au pays se font entre l'Ontario et le Québec.

Le premier ministre de l'Ontario, le libéral Dalton McGuinty, a été réélu l'an dernier, mais à la tête d'un gouvernement minoritaire.

« Mon ami »

Plus tôt durant la campagne au Québec, le premier ministre ontarien a exprimé publiquement son appui à son homologue libéral, Jean Charest, le décrivant comme « mon ami ». M. McGuinty a refusé d'envisager une défaite de son allié, malgré les sondages défavorables.

Les deux chefs libéraux ont fait front commun au Conseil de la fédération, notamment sur la réforme de l'assurance-emploi et sur des questions environnementales, comme la création d'une bourse du carbone. Les deux premiers ministres avaient, par ailleurs, de si bonnes relations qu'ils ont tenu des conseils des ministres conjoints à Québec et à Toronto.

Ces rencontres conjointes ont débouché sur la signature d'ententes de coopération, entre autres quant à la mobilité de la main-d'oeuvre.

Collaboration

Pour sa part, la chef péquiste promet de garder le cap, si elle est portée au pouvoir le 4 septembre. Pauline Marois affirme avoir fait la preuve qu'elle pouvait travailler avec Ottawa et les autres provinces lorsqu'elle était ministre de l'Éducation et de la Santé.

Mme Marois ne renie pas pour autant ses convictions séparatistes, ajoutant « en même temps, ils sauront qu'ils discutent avec une première ministre souverainiste. »

PLUS: