NOUVELLES

Les Etats-Unis accordent l'asile politique à un journaliste équatorien

30/08/2012 03:59 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Le journaliste équatorien Emilio Palacio, condamné dans son pays pour injures à l'encontre du président Rafael Correa, s'est vu accorder l'asile politique par les Etats-Unis le 17 août, a indiqué l'intéressé jeudi à l'AFP depuis Miami (sud-est).

"Je suis très reconnaissant envers le gouvernement nord-américain de son soutien, non seulement pour moi et ma famille, avec qui je pourrai désormais faire des projets, mais aussi pour ce que cela signifie pour les journalistes équatoriens", a déclaré Emilio Palacio par téléphone à l'AFP.

Condamné à trois années de prison pour avoir accusé le président Correa de "crime contre l'humanité" dans le quotidien El Universo, M. Palacio a quitté son pays en août 2011 pour les Etats-Unis, où il a demandé l'asile politique le 8 février dernier.

"Quotidiennement menacés de prison", les journalistes en Equateur sont aussi sous le coup de lourdes amendes car "le président demande des millions de dollars chaque fois que quelque chose lui déplaît", dénonce Emilio Palacio.

Son journal a été condamné à verser plusieurs millions de dollars et trois de ses dirigeants ont suivi M. Palacio dans son exil.

Déjà tendues, les relations entre les Etats-Unis et l'Equateur sont en ce moment mises à rude épreuve par l'affaire Assange.

Depuis le 19 juin, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange est réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres afin d'échapper à une extradition vers la Suède où il est accusé de viol et d'agression sexuelle.

Niant les faits, le militant cyber australien redoute d'être transféré ensuite aux Etats-Unis pour y répondre d'espionnage après la divulgation par son site de 250.000 télégrammes diplomatiques américains.

L'Equateur a accordé l'asile politique à Julian Assange le 16 août. Le lendemain, les Etats-Unis faisaient de même avec Emilio Palacio.

jz/du/sat

PLUS:afp