NOUVELLES

Le pétrole finit en baisse, soulagé pour le golfe du Mexique

30/08/2012 03:41 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont nettement reculé jeudi à New York, dans un marché rassuré par le bon état des infrastructures pétrolières dans le golfe du Mexique à la suite du passage d'Isaac, et attentiste avant un discours du chef de la Banque centrale américaine vendredi.

Le baril de référence pour livraison en octobre a lâché 94 cents à 94,62 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"C'est vraiment le calme après la tempête. Le marché est clairement positionné à la vente et pousse un soupir de soulagement alors que les premiers rapports (en provenance du golfe du Mexique) font état de peu de dégâts majeurs dans les unités de production", a détaillé Matt Smith, de Summit Energy.

"Les dégâts infligés par Isaac sur (les installations de) l'industrie pétrolières) dans le golfe du Mexique semblent avoir été limités", ont renchéri les experts de Commerzbank.

Les prix de l'or noir poursuivaient un mouvement de consolidation entamé la veille, les investisseurs tablant sur une reprise dans les prochains jours de la production d'or noir dans le golfe du Mexique, qui concentre 20% de l'offre pétrolière des Etats-Unis et 45% de la capacité de raffinage.

"La production de brut devrait reprendre rapidement, probablement dès (vendredi), avec un retour du personnel des plateformes sous-marines", a indiqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Les opérateurs attendaient aussi une reprise imminente de l'activité de l'ensemble des raffineries de la région dans les prochains jours.

Les prix du brut avaient progressé en début de semaine, dans un marché inquiet des conséquences de la tempête tropicale Isaac, devenue brièvement un ouragan de catégorie 1 de mardi à mercredi, sur la production d'hydrocarbures dans la région.

Au total, la tempête a interrompu environ 95% de la production de brut dans le golfe du Mexique et 72% de la production de gaz naturel, selon le ministère américain de l'Energie.

En outre, "les volumes d'échanges sont particulièrement bas avant un week-end prolongé et à la veille du discours (du président de la Banque centrale américaine, Ben) Bernanke", a ajouté Matt Smith.

"On s'attend à beaucoup de volatilité vendredi", ce qui poussait les courtiers à maintenir des positions attentistes, a-t-il poursuivi.

Les investisseurs s'apprêtaient notamment à scruter dans les propos de M. Bernanke des signes annonciateurs d'un nouvel assouplissement monétaire pour relancer une économie terne.

ppa/soe/sam

PLUS:afp