NOUVELLES

Le Brésil présente son plan pour la sécurité du Mondial de football 2014

30/08/2012 05:48 EDT | Actualisé 30/10/2012 05:12 EDT

Le Brésil a diffusé jeudi son plan de sécurité pour la Coupe du Monde de football 2014 dans lequel il signale les zones stratégiques à protéger, organise la coordination des polices et définit les principaux risques encourus, des supporteurs violents au terrorisme.

"La Coupe du Monde Fifa Brésil 2014 requiert les plus grandes opérations de sécurité à niveau international", souligne ce Plan stratégique de sécurité pour le Mondial 2014 publié au Journal Officiel.

Le plan identifie et analyse plusieurs secteurs de risques de ce méga-événement sportif, comme le crime organisé, les désordres civils, les supporteurs violents ou encore l'exploitation sexuelle et l'abus de mineurs.

"La violence entre les supporteurs est une source d'inquiétude au Brésil", souligne le document, qui cite aussi la criminalité aux vastes frontières, les catastrophes naturelles et le terrorisme.

"Le pire scénario pour une Coupe du Monde est que survienne un acte terroriste, affirme le document. Accomplir un tel acte est très attirant pour les groupes terroristes".

Le Brésil a créé il y a un an le Secrétariat extraordinaire de sécurité pour les grands événements (Sesge) pour coordonner la sécurité, sous l'égide du ministère de la Justice.

Le plan intègre les actions des différentes polices (civile, militaire et fédérale) avec celles des forces armées et y prévoit "une augmentation significative des ressources humaines".

Les principales mesures qui seront adoptées concernent les 12 villes qui accueilleront les matches du Mondial et les communes voisines.

Trois axes d'actions ont été définis - menaces extérieures, protection des ports, aéroports et frontières et menaces internes - à quatre niveaux: aérien, terrestre, maritime et cybernétique.

Toutes les polices brésilienne - et plus seulement la fédérale - auront accès au système d'informations d'Interpol, dont font partie 188 pays.

nr/cdo/hdz/gv

PLUS:afp